Henri Guaino sur François Fillon : "Je ne soutiendrai jamais un programme profondément injuste"

  • A
  • A
Henri Guaino sur François Fillon : "Je ne soutiendrai jamais un programme profondément injuste"
Henri Guaino tacle le programme de François Fillon.@ DOMINIQUE FAGET / AFP
Partagez sur :

Henri Guaino a dénoncé jeudi le "programme profondément injuste" de François Fillon, en s'en prenant notamment à ses propositions sur le temps de travail.

Henri Guaino, candidat à l'élection présidentielle, a écarté jeudi l'idée de se ranger derrière le programme "profondément injuste" de François Fillon. "Je ne soutiendrai jamais un programme que je trouve profondément injuste", a déclaré le député des Yvelines sur franceinfo. "Vouloir privatiser une partie considérable de l'assurance maladie, ce qu'il appelle les 'petits risques', c'est un bouleversement considérable de notre pacte social", a-t-il dit, s'en prenant également aux propositions de François Fillon sur le temps de travail. "Supprimer la durée légale, oui ça me choque. Faire travailler 39 heures pour les payer 37, oui ça me choque", a-t-il déclaré.

"Une politique folle". "Si ça veut dire rentrer en conflit violent avec une bonne partie de la société française, je pense que c'est le contraire de ce que doit faire un gouvernement. On a eu l'expérience d'Alain Juppé en 1995", a-t-il poursuivi, faisant référence aux grandes manifestations contre la réforme des retraites et de la sécurité sociale décidée par l'ancien Premier ministre. "Il a transformé un septennat en semestre, au bout de six mois le pays n'était plus gouvernable", a-t-il dit. "La politique qui consiste à tenter désespérément de rétablir les comptes publics en détériorant les comptes des ménages, les comptes des gens, est une politique folle", a affirmé Henri Guaino, plaidant pour une politique d'investissements pertinents de l'État.

Un "échantillon" des électeurs à voter pour Fillon. "Si les politiques ne sont pas capables de nous proposer autre chose, (...) alors il faut qu'ils changent de métier", a-t-il conclu. Estimant que "le peuple a toujours le dernier mot" mais "n'a pas forcément raison", Henri Guaino a refusé de voir dans la victoire de François Fillon à la primaire un acquiescement populaire. "Il a l'onction d'un échantillon, biaisé sociologiquement et idéologiquement, qui fait 4 millions de personnes. Il y a 83 % de gens qui votent à l'élection présidentielle, c'est le peuple français qui choisit son président, ce n'est pas un petit morceau de la droite", a-t-il dit.