Guaino : "les gouvernements 'casting' sont le contraire de la dignité politique"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Henri Guaino a vivement mis en cause la composition du nouveau gouvernement annoncé jeudi.

INTERVIEW

"Il faut arrêter de faire de la politique comme ça. Les gouvernements 'casting' sont le contraire de la dignité et de la noblesse politique". Le député Les Républicains (LR) des Yvelines, Henri Guaino a vivement critiqué le remaniement gouvernemental, vendredi, dans la Matinale d'Europe 1. "Il y a longtemps, la politique s’est faite de cette façon. Du temps du général de Gaulle, de Georges Pompidou, et même de Valéry Giscard d’Estaing", a-t-il déploré. 

Critique des divisions du gouvernement. L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Elysée a également pointé les différences idéologiques et politiques des différents membres de l'exécutif. "Un gouvernement, ça doit être fait pour appliquer une politique qui est partagée", a-t-il insisté.

Jeudi, la porte-parole des Républicains, Valérie Debord, avait également mis en cause le nouveau puzzle gouvernemental. "On a un remaniement du rapiéçage", s'était-elle agacée sur France Info, dans une allusion à l'arrivée de trois ministres écologistes, Emmanuelle Cosse, Jean-Vincent Placé et Barbara Pompili.

L'opposition a également fait ses choux gras des récentes critiques d'Emmanuel Macron sur la déchéance de nationalité défendue par François Hollande. Le ministre de l'Economie avait déclaré qu'"on ne traite pas le mal en l'expulsant de la communauté nationale". 

Favorable à la déchéance de nationalité. Henri Guaino était d'accord avec l'inscription de l'état d'urgence dans la Constitution et la déchéance de nationalité pour les binationaux, annoncés par François lors du Congrès qui avait suivi les attentats du 13 novembre. "J’avais dit que je voterais la déchéance de nationalité si on disait dans le texte qu’on ne fabriquerait pas d’apatrides", a-t-il affirmé, avant de déclarer qu'il avait voté contre la loi de révision constitutionnelle mercredi à l'Assemblée nationale.