Gérard Larcher : "C'est la première fois que la gauche est confrontée à la gauche réelle"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le Président du Sénat Gérard Larcher était l'invité du Grand rendez-vous dimanche. Selon lui, la mobilisation de cette semaine contre la loi Travail révèle que "la gauche est confrontée à la gauche réelle du pays". 

Gérard Larcher, le Président du Sénat, invité du Grand Rendez-vous Europe 1, iTélé, Le Monde dimanche n'a pas été tendre avec le gouvernement actuel. Interrogé sur la politique menée par François Hollande, Gérard Larcher a en effet affirmé, "on est en train d’achever un quinquennat pour rien, avec plus de chômeurs, alors qu’en Allemagne et même en Espagne ils en ont moins. On n'a pas gagné en compétitivité. Le Front National arrive à 40% dans certaines régions. Et on traverse une crise agricole sans précédent". 

"La gauche réelle du pays". Le sénateur Les Républicains a donc dressé un bilan très maussade du quinquennat de François Hollande qui, selon lui, "n’a plus la confiance" car "il n’est plus protégé et même une partie de son électorat est dans la rue". Faisant directement référence à la mobilisation de cette semaine contre la loi Travail, Gérard Larcher a affirmé, "c’est la première fois que la gauche est confrontée à la gauche réelle du pays, celle qui descend et s’exprime dans la rue. Celle qui ne comprend pas la politique qui est menée sur les sujets de société. Je pense par exemple aux questions de nationalité, les propositions qui sont faites dans le domaine du travail ou encore celles relatives à l’état d’urgence"

"François Hollande n'a plus de légitimité". Pour le sénateur Les Républicains, cela va donc être "feu la loi travail" car "le gouvernement vient de pratiquer la même erreur de méthode que pour le CPE. Il fallait de la concertation". Gérard Larcher s'est donc avancé sur l'avenir de la loi Travail, "si mes renseignements sont bons, on va terminer avec plus de taxe, plus de rigidité et nous n'aurons rien résolu des questions sur le travail". Il y a donc urgence à "résoudre cette équation impossible qui est : cinq millions de chômeurs, pas de croissance, 85% des jeunes qui commencent par les CDD ou l’intérim, des chefs d’entreprise qui n’embauchent pas. Voilà la réalité du pays". Et pour Gérard Larcher, "c’est aux politiques d’apporter une solution" mais, "François Hollande n’a plus de légitimité dans le pays".