Gérard Collomb : "La police de sécurité du quotidien verra le jour en début d'année prochaine"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a précisé, sur Europe 1, mercredi, les modalités de mise en place de la "police de sécurité du quotidien" voulue par Emmanuel Macron.

INTERVIEW

La police de sécurité du quotidien, c'est pour bientôt. Gérard Collomb l'a affirmé mercredi matin au micro Europe 1 de Patrick Cohen : "On se donne jusqu'à la fin de l'année pour travailler entre les différents services. Elle verra le jour au début de l'année prochaine", a-t-il indiqué, sans davantage de précisions sur les dates. Ce qui constitue un léger retard dans le calendrier prévu initialement : en août, Gérard Collomb affirmait que cette police se déploierait "à la fin de l'année", et non "en début d'année prochaine".

Plusieurs zones testées. "Dans un premier temps, nous allons essayer de faire un certain nombre d'expérimentations dans des communes de type divers. A la fois là où il y a beaucoup de violence, de délinquance, dans des zones un peu plus calmes, dans des zones qui sont plus aux limites de la gendarmerie. D'ailleurs peut-être réarticulera-t-on la répartition entre la police et la gendarmerie."

Un budget en hausse de 1,9%. En matière de forces de l'ordre, "on revient de loin", souffle Gérard Collomb. "Dans la période de Nicolas Sarkozy, on avait baissé les forces de police de 7.500. On les a réaugmentées au cours des trois dernières années, à la fois sous la présidence de François Hollande et celle d'Emmanuel Macron, mais nous ne sommes pas encore revenus au niveau où la police était en 2007 donc il faut encore travailler." Conséquence logique, selon le ministre de l'Intérieur : "On va augmenter le budget de la police de 1,9% (pour 2018, ndlr)."