Gel de crédits, opérations : inquiétudes sur le budget des Armées

  • A
  • A
Gel de crédits, opérations : inquiétudes sur le budget des Armées
Florence Parly a été interrogée jeudi en commission élargie.@ Martin BUREAU / AFP
Partagez sur :

La ministre des Armées Florence Parly a concédé que les discussions avec Bercy n'avaient pas avancé.

La ministre des Armées Florence Parly a laissé plané un doute jeudi sur le dégel de 700 millions d'euros de crédits du budget défense en 2017 et le financement futur des opérations extérieures, suscitant une vague d'interrogations dans les rangs de l'opposition.

700 millions toujours gelés. Concernant les 700 millions d'euros toujours gelés à l'approche de la fin de l'année, la ministre, qui était interrogée en commission élargie (Finances, Défense, Affaires étrangères) à l'Assemblée nationale, a concédé que les discussions avec Bercy n'avaient pas avancé.

"Évidemment, je demande le dégel de ces crédits, le plus rapidement possible (…) Pour l'instant, je n'ai pas eu de réponse", a déclaré Florence Parly, soumise à un feu roulant de questions pendant près de trois heures sur le projet de budget de son ministère pour 2018 et sur la fin de gestion 2017.

Inquiétudes sur le financement des opérations extérieures. "Si Bercy ne bloquait pas, j'aurais pu répondre à la question. On va tout faire pour que Bercy se débloque", a-t-elle assuré. Nombre de députés se sont également inquiétés du financement des opérations extérieures, dont une part croissante relève désormais du budget des Armées alors qu'il était jusqu'ici partagé entre tous les ministères au nom de l'effort national de défense.

En 2017, le coût des opérations extérieures s'élèvera à "près de 1,5 milliard d'euros", dont 1,1 milliard financé sur le budget des Armées, a rappelé Florence Parly. Concernant les 350 millions restant à financer, "nous sommes raisonnablement confiants sur le fait que ces crédits seront apportés par le canal de la solidarité interministérielle", a-t-elle réaffirmé. "En 2018, j'espère que nous pourrons également continuer de compter sur un complément de financement interministériel", a-t-elle ajouté.