Frédéric Lefebvre : "Si Nicolas Sarkozy veut enterrer la primaire, qu'il le dise !"

  • A
  • A
Partagez sur :

RÉACTION - Frédéric Lefebvre, député Les Républicains des Français d'Amérique du Nord, s'est insurgé, jeudi sur Europe 1, de voir Nicolas Sarkozy imposer le vote papier pour les Français de l'étranger.

INTERVIEW

Nicolas Sarkozy ne veut pas d'un vote électronique pour les Français de l'étranger lors de la primaire de la droite et du centre. Le président des Républicains a même fait voter, mardi, lors d'un bureau politique, le rejet de ce mode de scrutin, au profit d'un vote papier. Au grand dam de Frédéric Lefebvre. "C'est une décision obscurantiste, inadaptée et injuste", s'est insurgé le député LR des Français d'Amérique du Nord, jeudi sur Europe 1.

"Déni de démocratie". Celui qui est également candidat à la primaire a rappelé que "le 14 mars dernier, [Nicolas Sarkozy] a annoncé que ce serait le vote électronique devant tous les cadres" du parti. Selon lui, ce revirement du président des Républicains est donc "un déni de démocratie". "Je ne sais pas quel est l'intérêt du président des Républicains derrière cette décision. Si Nicolas Sarkozy veut enterrer la primaire, qu'il le dise !"

"Suffrage censitaire". Officiellement, le bureau politique qui a pris la décision d'imposer le vote papier pour les expatriés l'a fait pour "respecter, comme pour l'élection présidentielle elle-même, le principe constitutionnel du maintien de l'égalité des citoyens devant le vote". Un argument qui ne convainc pas Frédéric Lefebvre. "Traiter à égalité, ça veut dire tenir compte de la réalité", a argué le député. "On est en train de rétablir le suffrage censitaire pour les Français de l'étranger." Selon lui, en effet, seuls les plus fortunés pourront faire les centaines de kilomètres qui séparent parfois les Français de l'étranger d'un bureau de vote.

Tollé général. Frédéric Lefebvre n'est pas le seul, à droite, à avoir fustigé le coup de force de Nicolas Sarkozy. Les équipes d'Alain Juppé, François Fillon, Bruno le Maire et Hervé Mariton, ont saisi la Haute autorité chargée du bon déroulement de la primaire pour se plaindre du passage au vote papier. Devant ce tollé général, le bureau politique des Républicains réexaminera dans deux semaines les conditions du vote pour les Français de l'étranger. De son côté, Frédéric Lefebvre s'est dit prêt à organiser "le vote sous contrôle d'huissier" pour les expatriés, si cela se révélait nécessaire.