Impôt, loi Travail, 2017... Revivez l'interview de François Hollande

  • A
  • A
Impôt, loi Travail, 2017... Revivez l'interview de François Hollande
Partagez sur :

Invité exceptionnel de la Matinale d’Europe 1 mardi, le président de la République a tenté de convaincre que "ça va mieux". Il n'a au passage épargné ni la droite ni ses rivaux à gauche. 

L'ESSENTIEL

Une heure de pédagogie et de défense de son bilan. François Hollande était l’invité exceptionnel d’Europe 1 mardi matin. Le président de la République a tenté de démontrer qu'en France, "ça va mieux", comme il l'avait récemment affirmé. Il a également défendu son bilan et vertement attaqué la droite et ses rivaux à gauche. 

8h35. "Je vous répondrai au mois de décembre". "J’ai été élu pour cinq ans. Après, les Français décident. Juridiquement, ça s’arrête le 6 mai", a rappelé dans un sourire François Hollande, interrogé sur ses ambitions pour 2017. 'Il ne peut pas y avoir de candidature vers les Français s’il n’y a pas un espoir. Il ne s’agit pas seulement de revendiquer un bilan, même s’il vaut mieux qu’il soit bon". Quant à sa décision ? "Je vous répondrai au mois de décembre", s'est-il contenté de glisser. 


François Hollande et la présidentielle :"J...par Europe1fr

8h32. Le concert de Black M pourrait avoir lieu. François Hollande a évoqué le concert de Black M, prévu à Verdun pour les commémorations de la bataille du même nom. "Cette initiative était après la cérémonie, pour que des jeunes puissent avoir un moment festif. Je comprends qu'ils puissent aussi être associés" aux commémorations. Le maire "a subi des pressions inouïes, de violence, de haine. Ne voulant pas créer d'incident, il y a renoncé. C'est sa seule décision. Si le maire voulait, l’Etat mettrait les moyens pour sécuriser le concert. Et les subventions seraient maintenues", a affirmé le chef de l'Etat.


François Hollande s'exprime sur l'annulation du...par Europe1fr

8h29. La conférence sur la paix au Proche-Orient "retardée". Ce devait être une conférence importante pour relancer le processus de paix entre Israël et la Palestine. Mais ce rendez-vous, prévu le 30 mai à Paris et organisé par le Quai d'Orsay, sera "retardé", a annoncé François Hollande. "John Kerry ne peut pas venir le 30 mai. [La réunion] aura lieu dans l'été." Le chef de l'État a réaffirmé l'importance de ce sommet international. Cette conférence "est nécessaire car (...) si la France ne prend pas une initiative forte, que va-t-il se passer ? La colonisation, les attaques terroristes ?" 


François Hollande en faveur d'une réunion sur...par Europe1fr

8h27. Des attaques contre la droite. François Hollande a longuement répondu aux critiques venues de la droite. "Je suis très surpris qu’un ancien président de la République, que d’anciens Premiers ministres puissent dire ‘il n’avait pas tout dit, a-t-il même la légitimité de tout faire ?’. Oui, mon rôle, c’est d’agir, c’est de bouger. La crise des réfugiés, c’était prévu dans le programme ? La guerre au Mali, c’était prévu ? Ce qui s’est passé en Centrafrique ? Le fait que nous ayons des actes de terrorisme de cette gravité ? Quand j’ai pris les décisions au lendemain des attentats, ce n’était pas par rapport à un programme", a-t-il lancé.  

Quant aux candidats à la primaire de la droite ? "Ils disent à peu près tous la même chose. 100 milliards d’économie pour le prochain quinquennat. Alors que dans le précédent, il y a eu 600 milliards de dette en plus en cinq ans. C’est ça que j’ai reçu en héritage.  Ils nous disent qu’il faut supprimer 350.000 fonctionnaires, alors qu’ils nous disent aussi qu’il ne faut pas toucher à la police, à la justice, à l’armée, et certains à l’éducation", a-t-il poursuivi. "Ils peuvent le faire. Le risque, c’est qu’ils le fassent, qu’ils détruisent ce que nous avons fait, qu’ils suppriment l’impôt sur la fortune, l’impôt sur les plus favorisés, qu’ils taxent les revenus du capital moins que le revenu. En plus, tous demandent une augmentation de la TVA. Dire aux Français : on va baisser l’impôt des plus favorisés et augmenter l’impôt de tous avec la TVA... Je dis franchement : 'lisez ce qui est proposé'."


François Hollande critique les propositions des...par Europe1fr

8h19. "Pas d'alternative à gauche". "Il y a une alternative de droite, on la voit. Il peut y avoir des idées, des propositions, des ambitions de gauche, mais il n'y a pas d'alternative à gauche en dehors de la ligne que je représente", a affirmé François Hollande. "Il y a toujours eu une gauche qui voulait gouverner et une autre qui ne le voulait pas", a t-il expliqué. Mais aujourd'hui, selon le chef de l'État, "il n'y a pas d'alternative de gauche, au sens où il n'y a pas de mouvement qui puisse accéder au second tour de l'élection présidentielle et conduire la destinée de la France sans notre appui."


Hollande : "Il n'y a pas d'alternative à gauche"par Europe1fr

8h14. "Les casseurs, ça suffit". "En France, on peut, même dans un contexte particulièrement lourd, avec l’état d’urgence, manifester, occuper des places. Je respecte ceux qui sont sincères et qui veulent faire entendre leur voix. Mais il se glisse parmi ces manifestations des casseurs, des individus qui ne viennent pas pour contester une loi mais pour briser des magasins, du mobilier urbain. Ça suffit et ça ne pourra pas rester sans réponse", a affirmé le chef de l'Etat. "Manifester c’est un droit, casser c’est un délit, et donc ce sera puni."


François Hollande ferme contre les casseurspar Europe1fr

8h11. "Une sociale-démocratie à la française". "Je conduis les Français vers une forme de social-démocratie à la française où l’Etat aura toute sa place et où les partenaires sociaux pourront jouer tout leur rôle" a défini François Hollande. "Il est très important que les partenaires puissent, au niveau de l'entreprise, déterminer leur propre avenir dans le respect de la loi."

8h09. "La loi El Khomri va passer". "Cette loi, qui est en débat, y compris dans la rue, elle va passer", a prévenu François Hollande au sujet de la loi Travail. "Je ne cèderai pas", a-t-il assuré sur Europe 1. "Trop de gouvernements ont cédé (...) pour que moi-même, dans des circonstances pas faciles, je cède dès lors qu'un compromis a été trouvé." Selon lui, en effet, la loi Travail a été "discutée, concertée, corrigée, amendée". "Les syndicats réformistes sont derrière ce texte et les socialistes sont une majorité à la voter."


Hollande ne cédera pas sur la loi Travailpar Europe1fr

7h58. Rémunération des grands patrons : attention aux "conséquences".Le chef de l'Etat a évoqué les rémunérations parfois énormes des grands patrons. "Je considère qu’il faut rémunérer la réussite, le talent, et que M. Tavares (PSA) et M. Ghosn (Renault) ont redressé leur entreprise. Mais jusqu’à un certain point. Il m’avait été dit par le Medef qu’il y aurait un code de bonne conduite. Je demande qu’il s’applique. S’il ne s’applique pas, il y aura des conséquences", a prévenu François Hollande. "Les assemblée générales disent 'nous voulons limiter la rémunération à un niveau tout à fait décent'. La première décision qui sera prise, s’il n’y a pas une intervention vigoureuse de ce conseil du patronat, c’est que toutes les décisions des assemblées générales seront exécutoires. Le conseil d’administration ne pourra pas défaire ce que l’assemblée générale d’actionnaires aura fait. C’est maintenant aux autorités du patronat, des employeurs d’avoir cette exigence morale, et à la loi d’intervenir s'il ne se passe rien."


François Hollande, menaçant avec le Medefpar Europe1fr

7h54. Macron et "la solidarité gouvernementale". François Hollande a assuré Emmanuel Macron de sa confiance, avec tout de même un rappel à l'ordre. "Je lui ai fait confiance : il était mon conseiller et je l’ai nommé ministre. Ce que je lui demande, c’est de mettre en œuvre cette politique. S'il veut développer ses idées, il en a le droit, mais dans le cadre de ce qui doit être fait : la solidarité gouvernementale. S’il n’avait pas ma confiance, il ne serait pas au gouvernement."


"Si Macron n'avait pas ma confiance, il ne...par Europe1fr

7h50. "La bataille du chômage n'est pas gagnée".  Malgré les bons chiffres du début de l'année en termes d'emploi, François Hollande s'est refusé à tout triomphalisme. "Nous avons depuis le début de l’année 50.000 chômeurs en moins. Mais je ne vais pas faire de prophéties. Je me bats tous les jours, avec le gouvernement. La bataille n’est pas gagnée. Elle ne le sera que lorsqu’on aura sur plusieurs mois une baisse continue du chômage. Ce serait téméraire, voire mensonger, de dire que, parce qu'on a une croissance de 1,5%, on va pouvoir faire baisser massivement le chômage."

7h45. "Je ne multiplie pas les cadeaux". François Hollande s'est défendu de faire des gestes électoraux à un an de la présidentielle. "Quand un agriculteur, qui souffre de ne pas pouvoir écouler ses produits à un prix décent entend qu’on lui a fait un cadeau, il ne peut pas l’admettre. Concernant les fonctionnaires : pendant six ans, le point d’indice avait été gelé. J’ai considéré que parce que la croissance revenait, il était assez logique qu’il y ait une augmentation pour les fonctionnaires", a-t-il détaillé. "A chaque fois, c’est par rapport à de vrais besoins. Il y a quatre milliards d’euros qui ont dû être dégagés. Et vous savez ce qui a coûté le plus cher? Je le revendique hautement, c’est après les attentats, quand il a fallu dégager des postes de policiers de gendarmes, de militaires." 

7h38. Des baisses d'impôt ? Oui, à condition... François Hollande a confirmé qu'il y aurait un geste pour les ménages, si la situation du pays le permet. "Oui, à la condition que nous ayons des marges de manoeuvre. Nous verrons à l’été", a-t-il annoncé. "Dès lors qu’il y a une baisse qui va se poursuivre pour les entreprises, il m’apparaît juste que les ménages puissent avoir leur part de redistribution. Si la croissance se confirme, il y aura un geste pour les ménages. Nous allons attendre le mois de juillet pour voir ce que nous pourrons faire."

7h34. "Ça va mieux, c'est une réalité".François Hollande a d'emblée justifié sa formule. "Quand j’ai eu cette formule, ce n’est pas pour dire tout va bien. Ça va effectivement mieux pour la France. Ce n’est pas un propos de circonstance, ou de campagne. C’est une réalité", a-t-il affirmé, avant d'évoquer la croissance, le chômage ou les investissements.  


Hollande : "ça va effectivement mieux pour la...par Europe1fr

7h31. François Hollande est entré dans le studio Jean-Luc Lagardère. C'est parti pour une heure d'interview.

7h22. François Hollande est arrivé à la rédaction d'Europe 1. 

7h05. Le sondage qui en dit long. Selon un sondage exclusif pour Europe 1 publié lundi, 86% des Français estiment que ça ne va pas mieux en France. En revanche, ils sont 51% à estimer que leur situation personnelle s'est améliorée. Cette étude montre en tout cas que le chef de l'Etat a encore beaucoup de travail pour convaincre que ça va mieux.