François Hollande s'oppose catégoriquement à un financement public de l’islam

  • A
  • A
François Hollande s'oppose catégoriquement à un financement public de l’islam
Le président de la République ne partage pas l'opinion de son Premier ministre.@ PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Partagez sur :

François Hollande refuse l'hypothèse d'un financement public des mosquées, une idée avancée mardi par son Premier ministre Manuel Valls.

Concernant la restauration d'un islam de France, Manuel Valls proclamait dans le quotidien Libération vouloir "passer en revue toutes les solutions sans [s]’interdire une forme de financement public". Mais François Hollande a exclu cette hypothèse. Pour le président de la République, il n’est pas question de toucher à la loi de 1905, et donc au modèle français de laïcité.

Une fondation pour le financement du culte. Le chef de l’État mise plutôt sur la Fondation des œuvres de l’islam que le gouvernement a entrepris de ressusciter. Une Fondation qui pourrait être dirigée par l'ancien ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement, et dont la principale mission serait de subvenir aux contraintes financières de la construction et de la gestion de lieux de culte. Le président pense que ce n’est qu’à travers elle, et sans subventions publiques, que l’islam devra se financer.

Contrôler les financements étrangers. Concernant les financements étrangers que Manuel Valls veut faire interdire sans délai, le président, là encore, est moins radical. Il considère que puisqu’il y a des représentants de l’État au sein de la Fondation, alors les fonds étrangers passant par elle seraient contrôlés, et donc acceptables s’ils sont validés.

Un totem de la gauche. Manuel Valls a lancé un débat difficile, que le président embrasse tout en posant des limites. Si le Premier ministre est prêt à prendre des risques, il n’est pas question de le laisser mettre à mal l’un des totems de la gauche. Les premières mesures sur la refondation de l'islam de France sont attendues en octobre.