François Fillon passe à l'offensive en Martinique

  • A
  • A
François Fillon passe à l'offensive en Martinique
François Fillon est en campagne dans les Outre-mer pendant une semaine.@ Helene Valenzuela / AFP
Partagez sur :

COUP DE GRIFFE - L'ancien Premier ministre, en campagne dans les Outre-mer, n'hésite plus à distribuer des coups à tous ses rivaux à la primaire. 

Après la Guadeloupe, la Martinique. Poursuivant son voyage dans les Outre-mer, François Fillon est arrivé mercredi sur l'île pour rencontrer les dirigeants locaux de la fédération Les Républicains et convaincre les militants de voter pour lui à la primaire.

Attaque tous azimuts. Et l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a mis en œuvre une stratégie bien rôdée : celle de l'attaque tous azimuts. Car François Fillon a beau dire qu'il méprise les sondages, le fait que sa côte de popularité remonte depuis qu'il tape sur ses rivaux ne lui a pas échappé. Longtemps, le député de Paris n'a eu pour seule cible que Nicolas Sarkozy. Une époque révolue. Maintenant, il vise tous ses petits camarades. Le renouveau, façon Bruno Le Maire, ou la réforme tranquille, version Alain Juppé, très peu pour lui. "Je ne supporte pas tous ces discours qui sonnent creux", a lancé François Fillon mercredi soir.

En mode bulldozer. Lui martèle qu'il veut réformer en mode bulldozer. Et, bien sûr, il est le seul à avoir cette ambition. "Je suis candidat à l'élection présidentielle pas pour les honneurs, pas pour mon image mais pour appliquer un projet puissant qui devra transformer notre nation", a déclaré l'ancien Premier ministre. "Et c'est au fond la différence principale qui m'oppose aux autres candidats à la primaire. Je n'ai peur de personne parce que je suis sûr de la cause que je défends."

"Il faut qu'il se démarque". Se distinguer quitte à être un peu désagréable avec ses concurrents ? Une stratégie qui semble payante pour Joseph. "Il ne faut pas qu'il soit agréable, ça c'est clair. Il faut bien qu'il se démarque", estime ce soutien de François Fillon en Martinique. "Je remarque qu'il a repris du poil de la bête. D'ailleurs, il était nécessaire qu'il remonte un peu les bretelles de certains." Voilà donc les adversaires de François Fillon prévenus. Et tous n'apprécient pas. "Il ne réexiste que parce qu'il critique les autres", tacle un proche de Bruno Le Maire. "Nos électeurs n'aiment pas ça."