Florange : Sarkozy réitère une promesse
© MAXPPP

La France est prête à "mettre 150 millions d'euros sur la table", a assuré Nicolas Sarkozy, lundi.

L'Etat est prêt à investir à Florange, en Moselle, pour sauver les hauts-fourneaux d'ArcelorMittal actuellement à l'arrêt, et relancer la sidérurgie dans la région, a déclaré lundi Nicolas Sarkozy sur RTL.

Le chef de l'Etat a précisé que le site de Florange pourrait devenir "extrêmement moderne" grâce au projet baptisé ULCOS. Ce projet de recherche et développement européen vise réduire d'au moins 50% les émissions de CO2 dans la production d'acier.

A cette occasion, Nicolas Sarkozy a indiqué que l'Etat était "prêt" à investir 150 millions d'euros dans le projet ULCOS, "dans le cadre du Grand Emprunt". Mais le chef de l'Etat a omis de préciser que ce chiffrage avait déjà été donné par le ministre de l'Industrie, Eric Besson, le 9 novembre.

"Cette somme de 150 millions d'euros a déjà été promise"

Ce que n'a pas manqué de relever le Parti socialiste. "De qui se moque-t-on ? Cette somme de 150 millions d'euros a déjà été promise à plusieurs reprises, notamment par le ministre de l'Industrie, Eric Besson", a ainsi déclaré la députée socialiste de Moselle Aurélie Filippetti.       

"Elle ne correspond pas à une somme réellement à dépenser par l'Etat cette année, mais à ce que devrait mettre la France dans le projet Ulcos si la Commission européenne choisissait le site lorrain", a précisé la députée socialiste.

La décision de sélectionner ou non le site de Florange pour le projet ULCOS sera prise par Bruxelles, à la suite d'un appel d'offres, en octobre 2012.