Face aux agressions, Lagarde veut plus de "moyens"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le président de l'UDI était l'invité politique d'Europe 1, lundi.

Jean-Christophe Lagarde, élu en novembre président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI), a réagi au micro de Maxime Switek aux agressions de Joué-lès-Tours et Dijon, lundi sur Europe 1. Il a d'abord appeler à "se méfier de nous-mêmes et des conclusions hâtives". "Je pense que les responsables politiques et les médias doivent faire très attention, parce qu'on peut rapidement créer une psychose qui n'aurait pas lieu d'être. Malheureusement, des individus détraqués, ça existe dans notre pays", a-t-il déclaré.

>> LIRE AUSSI - Drames de Dijon et Joué-lès-Tours : "ne pas céder à la panique"

Jean-Christophe Lagarde a toutefois admis qu'il existait "de plus en plus de risques de cette nature-là". "C'est très difficile de détecter des réseaux ou des individus qui voudraient commettre des crimes sur notre territoire, non pas au nom d'une religion, mais de ce que beaucoup appellent l'islamofascisme, c'est-à-dire d'une idée politique de l'utilisation de cette religion", a-t-il estimé.

"Pas de stratégie, pas de long terme, pas de moyens". Pour le président de l'UDI, les moyens de combattre ces dangers sont "à l'évidence" insuffisants. "On doit beaucoup plus surveiller les réseaux sociaux, les réseaux internet, les individus partis à l'étranger faire la guerre et qui reviendront", a insisté Jean-Christophe Lagarde. "Ce qui me frappe, c'est qu'il y a une augmentation du risque, et pas d'augmentation des moyens humains et techniques à la hauteur de ce risque". Pour lui, "des gens nous font la guerre, et la réponse n'est pas là : il n'y a pas de stratégie, pas de long terme, pas de moyens".

Autre urgence selon lui : l'intégration. "On a en général plus affaire à des paumés, des gens qui n'ont pas accès à la société, qu'à autre chose", a-t-il affirmé. "C'est un signe de la panne de la machine à intégrer dans notre pays. Si on la remet en route, c'est le meilleur moyen d'éviter ce genre de danger".

>> LIRE AUSSI - Qui est Jean-Christophe Lagarde, le nouveau patron de l'UDI ?