Européennes : Juppé et Copé font feu sur Guaino

  • A
  • A
Européennes : Juppé et Copé font feu sur Guaino
Partagez sur :

DANS LA CIBLE - Les deux ténors de l’UMP estiment que l’ancien conseiller de Sarkozy doit évoluer. Ou démissionner.

Sa différence à lui. Depuis des mois, Henri Guaino, très présent dans les médias, marque sa différence avec ses collègues de l’UMP. Et parfois avec virulence. C’est notamment le cas au sujet du positionnement politique de son parti pour les prochaines élections européennes : "je ne voterai pas pour l’incarnation d’une ligne qui est à l’opposé de ce que je pense et de ce que je crois être l’intérêt de mon pays", a ainsi assuré le député des Yvelines, début avril sur Public Senat. Une posture qui a poussé Alain Juppé a demandé sa démission de l’UMP. "Alain Juppé a raison", a enchaîné Jean-François Copé, lundi matin sur Europe 1.



Copé : "Il faut rappeler ce que  la France peut...par Europe1fr

"En tirer les conséquences". "Vous savez, moi je ne pratique pas l'exclusion. Mais quand on est à ce point en désaccord avec son propre parti politique, la dignité la plus élémentaire, c'est d'en tirer les conséquences", a lancé le maire de Bordeaux lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, dimanche. Est-ce à dire que l’ancien conseiller de Sarkozy doit quitter l’UMP ? "C'est clair, oui", a rétorqué l’ancien ministre des Affaires étrangères, car "on ne peut pas à la fois dire qu'on appartient à un parti et faire campagne contre les candidats investis par ce parti", a-t-il fait valoir.

"J'attends qu'on soit constructifs". Alain Juppé a reçu un soutien de poids, lundi, en la personne de Jean-François Copé. "Je dis qu'il faut être cohérent ! Alain Juppé a raison : à un moment, il faut rappeler qu'on a une famille politique, que même si on peut avoir des nuances, moi j'attends qu'on soit constructifs", a assuré le patron de l’UMP sur Europe 1, avant de conclure : "le message que nous disons à l'UMP tous les jours aux Français : c'est ‘balayons devant notre porte’ ! Ayons le courage de réformer la France pour être plus forts en Europe !" Pour l'heure, Henri Guaino n'a pas réagi à ces déclarations.

Des propos "franchement déplacés", juge Guaino. Lundi matin, Henri Guaino a réagi aux accusations de ses collègues. Interrogé par L’Opinion, il a ainsi affirmé qu’il ne démissionnerait pas de l’UMP, "[s]a famille politique depuis trente ans". Quant à Alain Juppé, l'ancien plume de Nicolas Sarkozy a estimé qu'il a eu des mots "empreints d’arrogance" et "franchement déplacés". Quant aux propos de Jean-François Copé, Henri Guaino explique c'est justement au nom de sa propre cohérence qu'il ne votera pas pour la tête de liste de l'UMP en Ile-de-France car "monsieur Lamassoure incarne une certaine idée de l’Europe (…) que je ne partage pas", a-t-il expliqué. "Je ne vais pas nier 20 ans d’engagement politique", a conclu Henri Guaino, qui, en 1992, avait appelé à voter "non" au traité de Maastricht.



L'Opinion de Henri Guainopar Lopinionfr

Henri Guaino, quelque peu esseulé dans son camp depuis la défaite de Nicolas Sarkozy, a toutefois reçu le soutien d'un ancien membre du gouvernement Fillon, Thierry Mariani :





sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

LA FAMILLE C'EST LA FAMILLE - Bertrand demande des clarifications à Guaino et Wauquiez

FRONDE - Européennes : l’unité de l’UMP déjà mise à mal

ANALYSE - Les européennes, le 3e tour des municipales pour l’UMP