Et si c’était le moment Mélenchon ?

  • A
  • A
Et si c’était le moment Mélenchon ?
@ RÉMY GABALDA / AFP
Partagez sur :

Le candidat de gauche accumule les bons sondages et les bonnes nouvelles. Dans son entourage, on affiche un large sourire. Mais la présidentielle est encore loin.

Tout va bien pour Jean-Luc Mélenchon, merci pour lui. Pour le candidat à la présidentielle de 2017, qui a lancé ce week-end la convention de son mouvement, La France insoumise, tous les signaux sont au vert. Des bons sondages, un positionnement clair et identifié, un net rejet du pouvoir en place… désormais, la mission de Jean-Luc Mélenchon sera de montrer qu’il peut encore faire grandir sa candidature. Car la présidentielle est encore dans sept mois. Et d’ici là, la roue peut tourner, dans tous les sens.

  • Il part de plus haut qu’en 2011

"Les sondages, on se fait fort de ne pas les utiliser", assure Alexis Corbière. Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon a tout de même du mal à cacher son plaisir. "Ils ne font pas le résultat, mais ils font la campagne, et du coup ils peuvent quand même compter pour le résultat", alambique-t-il. Il faut dire qu’en la matière, rarement Jean-Luc Mélenchon aura été si bien servi. Début octobre, il entrait ainsi, pour la première fois de sa longue carrière politique, dans le Top 5 des personnalités politiques préférées des Français du baromètre Ifop/Paris Match. "Symboliquement, c’est très fort", assure Frédéric Dabi, directeur du Pôle Opinion de l’institut de sondage.  

Il y a aussi les intentions de vote. Sur ce plan, Jean-Luc Mélenchon fait largement mieux qu’il y a cinq ans à la même période. En septembre 2011, en pleine primaire PS il est vrai, il n’était en effet crédité que de 5 à 7% des voix dans les sondages. Cette fois, la déliquescence du pouvoir en place lui profite, puisque dans la dernière étude Elabe pour Les Echos, le candidat de gauche émarge à 14 ou 15%, quelles que soient les configurations. "Le plus important, c’est qu’il talonne systématiquement François Hollande dans les intentions de vote, il est même devant dans certaines hypothèses", relève Frédéric Dabi. "Il pourrait donc créer une surprise jamais vue dans la 5ème République, où au premier tour, le Parti socialiste est systématiquement hégémonique à gauche", poursuit le sondeur.

  • Une dynamique favorable

Jean-Luc Mélenchon voulait marquer les esprits dans le Nord avec la convention de son mouvement, ce week-end. En affirmant qu’il fallait que François Hollande soit candidat, en mettant l’accent en particulier sur l’écologie, en militant pour une 6ème République, le candidat a bel et bien fait parler de lui. "C’était réussi, incontestablement. Nous avons désormais 140.000 soutiens, avec 3.000 de plus rien qu’en un week-end et les retours, y compris médiatiques, ont été très bons", se félicite Alexis Corbière.

Il faut dire que le terrain est favorable. Alors que la primaire du Parti socialiste ne fait que se profiler, alors que François Hollande n’en finit plus d’enchaîner les faux pas, alors que les écologistes et les communistes sont inexistants, il a un boulevard à gauche. "Il occupe très efficacement l’espace de la gauche de la gauche", confirme Frédéric Dabi. "Il y a surtout une confirmation de l’effondrement de la vieille scène politique, avec un PS en pleine désagrégation", appuie Alexis Corbière.

  • La route est encore longue

Tout va bien donc, mais la présidentielle est encore loin. Dans l’entourage de Jean-Luc Mélenchon, on affiche forcément son optimisme. "Depuis deux mois, on nous explique que la rentrée allait être terrible, que le soufflé allait retomber. Je ne constate rien de tout ça", remarque Alexis Corbière. Qui ajoute crânement : "Je crois la victoire possible". Frédéric Dabi tempère : "La popularité ne fait pas le vote". Et l’exemple de 2012 devrait appeler à la prudence. En mars, Jean-Luc Mélenchon, crédité de près de 15% des intentions de vote, se voyait comme le troisième homme du scrutin. Il finira finalement quatrième du premier tour, derrière Marine Le Pen, avec 11,10% des voix.

Alors l’équipe de Jean-Luc Mélenchon assure qu’elle ne va pas relâcher son effort, d’autant qu’avec les primaires à venir, celle de la droite puis celle du PS, il sera de plus en plus difficile d’exister. "Il y aura des rendez-vous, on est en train d’y travailler", assure Alexis Corbière. Des meetings dans des villes moyennes, "oubliées de la politique", sont notamment évoqués.

  • Des appels au ralliement

Il y a surtout des types d'électeurs à attirer. "Les abstentionnistes de gauche, déçus de François Hollande et qui ne se déplacent même plus lors des élections intermédiaires, et les sympathisants socialistes, eux aussi déçus de François hollande, et qui hésiteront à voter à nouveau pour le président de la République", éclaire Frédéric Dabi. Voilà pour les cibles. Et pour les relais, Alexis Corbière appelle clairement les députés frondeurs et les communistes à se rallier. "On est en situation, on n’a jamais été aussi forts. Il est peut-être temps que certains rompent les lignes", clame le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. "Quant aux communistes, ils veulent encore attendre, c’est une erreur. Si on limite la campagne à deux mois on n’arrivera pas à mobiliser. Certains militants l’ont compris et nous ont déjà rejoint", assure-t-il.

Le PCF doit trancher sur son éventuel soutien à Jean-Luc Mélenchon le 5 novembre lors de sa conférence nationale. Si la réponse est négative, ce sera un premier coup d’arrêt pour le candidat de la France insoumise. Dans le cas contraire, avec la force militante du PCF à son service, il sera autorisé à regarder vers le haut.