Estrosi : Royal, "truqueuse et menteuse"

  • A
  • A
Estrosi : Royal, "truqueuse et menteuse"
@ Europe 1
Partagez sur :

Le ministre se demande quel sera l'effort financier de sa région dans le dossier Heuliez.

La riposte à son intervention remarquée au JT a été cinglante. Invité mercredi matin sur Europe 1, le ministre de l'Industrie Christian Estrosi n'a pas épargné Ségolène Royal. Première pique adressée à la présidente de la région Poitou-Charentes, qui se veut très impliquée dans le dossier Heuliez : "Madame Royal est une truqueuse et une menteuse" a déclaré Christian Estrosi, ajoutant qu'il "serait curieux de savoir quel serait l'apport financier de la région Poitou-Charentes par rapport à l’Etat".

L'Etat met 10 millions d'euros

Le ministre de l'Industrie a, pour sa part, réaffirmé que l'Etat engagerait 10 millions d’euros dans le cadre de la reprise du constructeur et équipementier automobile Heuliez.

"Ce sera de l'argent de mon ministère à la fois sur les primes vertes pour baisser la facture énergétique.Ce sera aussi une prime à l'aménagement du territoire et sans doute une participation du FSI", le fonds stratégique d'investissement, a précisé le ministre de l'Industrie. Après des mois d'incertitude, le tribunal de commerce de Niort doit rendre mercredi sa décision concernant les trois repreneurs potentiels de l’équipementier.

Royal, "excessive"

Interrogé sur la sortie, remarquée, de Ségolène Royal qui a fustigé mardi, le système Sarkozy "corrompu", Chritian Estrosi ne n’est pas privé de dénoncer le caractère "excessif" de l’ancienne candidate à la présidentielle. "Elle a eu attitude inqualifiable "quand on sait qu’elle a participé à des gouvernements où les fonds secrets, les enveloppes ont existé" a fustigé le ministre, faisant référence, entre autres, à l’affaire des Irlandais de Vincennes et à l’affaire Nucci.

Un tacle pour Juppé

Au sujet de la polémique Woerth, c’est l’ancien Premier ministre Alain Juppé qui en a pris pour son grade : "Je suis très étonné que d’un côté comme de l’autre, alors qu’on a été dans la même position qu’Eric Woerth, que ce soit Alain Juppé qui était en même temps président du RPR et Premier ministre, ou Lionel Jospin, qui était à la fois membre du gouvernement et premier secrétaire du PS, on conteste sa position" a relevé Chritian Estrosi. Le maire de Bordeaux a estimé lundi qu’Eric Woerth devrait "choisir" entre son poste de ministre du Travail et celui de trésorier de l’UMP.