Enregistrements de Buisson : la droite indignée

  • A
  • A
Enregistrements de Buisson : la droite indignée
@ REUTERS
Partagez sur :

RÉACTIONS - Les anciens ministres de Sarkozy déplorent la publication des "off" de l’Élysée enregistrés par Patrick Buisson.

Sarkozy serait "fou furieux". Le principal intéressé, Nicolas Sarkozy, a refusé de réagir officiellement aux révélations du Canard enchaîné et  Atlantico. Selon des proches, Nicolas Sarkozy serait "fou furieux" contre son ancien conseiller. Le journal satirique et le site internet d'information publient mercredi ce qu'ils présentent comme le verbatim d'un après-midi à l’Élysée, enregistrée par Patrick Buisson, le 27 février 2011, quelques heures avant un remaniement ministériel. "Remplacer Fillon par Borloo, c’est grotesque", peut-on par exemple entendre de l'ancien chef de l’État, qui ne se savait pas enregistré. Des propos qui font réagir l'ensemble de la classe politique.

>> A droite, les réactions d'indignations se multiplient mercredi et les ministres visés dans les enregistrements font part de leur indignation

Pour Hortefeux, c'est no comment. Qualifié, dans ces enregistrements, de "ministre archinul" par le conseiller et publicitaire Jean-Michel Goudard, Brice Hortefeux a été l'un des premiers à régir mercredi matin, sur i-télé, en citant Confucius : "Le silence est un véritable ami, car lui ne trahit jamais". "Ne comptez pas sur moi pour commenter, nourrir, alimenter des polémiques inutiles même si vous pouvez deviner quel est mon sentiment", a lâché l'ancien ministre de l'Intérieur.

L'ancien Premier ministre François Fillon a qualifié, lui, ces enregistrements de "répugnants". "Nous vivons tous cet événement comme une sorte de viol. Il ne faut pas que cette affaire devienne un exemple", a renchéri Henri Guaino, conseiller élyséen à l'époque, présent lors de la réunion retranscrite par le Canard.

Le "dégoût" de Bachelot. Roselyne Bachelot, taxée de "ministres archinuls" par Patrick Buisson, a affirmé son "dégoût devant ce que révèlent ces conversations quand on les analyse : le mépris qu'il porte à Nicolas Sarkozy, qu'il décrit comme quelqu'un d'incapable de prendre des décisions". Et l'ancienne ministre des Sports d'ajouter : "c'est un honneur que de ne pas avoir les compliments de M. Buisson".

"Procédé inacceptable" pour Guéant. Claude Guéant sur lequel Patrick Buisson confie : "Guéant, il boit du petit lait, mais il fouette (de devenir ministre de l'Intérieur)… Il nous aura bien servi sur les dossiers sensibles (sic)", s'est dit "choqué" par les enregistrements "sauvages" pratiqués par Patrick Buisson. "Il s'agit d'un procédé incompréhensible et inacceptable", a-t-il déclaré au JDD.

"Une trahison" estime Guaino. Les enregistrements pratiqués par Patrick Buisson sont "une trahison", "un viol de la vie privée", a réagi mercredi sur Europe 1 Henri Guaino. Le député (UMP) des Yvelines et ancien conseiller spécial de l'ancien président personne a expliqué que "personne n'avait imaginé qu'il pouvait se comporter d'une telle façon" :



Henri Guaino réagit aux enregistrements de...par Europe1fr
Vers une enquête parlementaire ? Le Parti socialiste envisage de demander une commission d'enquête parlementaire si Nicolas Sarkozy ne dépose pas plainte, ont annoncé le président du groupe à l'Assemblée, Bruno Le Roux, et le patron du parti, Harlem Désir. "Ce n'est pas qu'une péripétie politicienne. C'est une atteinte au fonctionnement de l'Etat et de la démocratie. Le président de la République a été mis sous surveillance", s'est indigné Bruno Le Roux.
désir 930

© Reuters

"Les enregistrements Buisson sont stupéfiants. Ils jettent une lumière crue sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Un quinquennat d'intrigues, de trahisons, de cynisme, d'argent et de mépris de l'Etat. Les ingrédients de l'affaire Buisson montrent la déliquescence du système Sarkozy", a par ailleurs raillé le patron du PS.


sur le même sujet, sujet,

CONFIDENCES - Quand Carla Bruni "entretenait" Nicolas Sarkozy

EXTRAITS - Ce que l'on disait, en off, à l’Élysée

PORTRAIT - Qui est Jean-Michel Goudard

RÉACTION - "Exceptionnellement grave", selon le gouvernement