En Israël, Hollande ferme sur le nucléaire

  • A
  • A
En Israël, Hollande ferme sur le nucléaire
@ Reuters
Partagez sur :

Le président a assuré que "la France considère que la prolifération nucléaire est un danger, une menace, et en Iran tout particulièrement".

Contexte. Pour la première fois depuis qu'il est entré à l'Elysée, François Hollande est en Israël pour une visite d'Etat de trois jours. Si sa visite est avant tout centrée sur l'économie, le président français a également abordé un autre sujet chaud : le dossier nucléaire iranien.

"La prolifération nucléaire est un danger". Quelques minutes seulement après avoir foulé le sol israélien, François Hollande a assuré que la France "ne cèdera pas sur la prolifération nucléaire". "Sur le dossier iranien, la France considère que la prolifération nucléaire est un danger, une menace, et en Iran tout particulièrement, une menace sur Israël, sur la région, à l'évidence, une menace pour le monde entier", a affirmé président français dans une allocution à l'aéroport de Ben Gourion à Tel-Aviv. Partant de ce constat, "pour la France, tant que nous n'aurons pas la certitude que l'Iran a renoncé à l'arme nucléaire, nous maintiendrons toutes nos exigences et les sanctions", a promis le président français.

RTX15H2T

"Il ne faut jamais permettre à l'Iran d'acquérir des armes nucléaires". Cette fermeté française est évidemment bien accueillie par l'état hébreu. A sa descente d'avion, François Hollande a été accueilli avec tous les hommages par son homologue israélien Shimon Peres et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qu'il retrouvera dans la journée pour des entretiens à Jérusalem. Auparavant, lors de la cérémonie d'arrivée, Benjamin Netanyahu s'était félicité de la "position ferme" de Paris contre "les tentatives impossibles à stopper de l'Iran pour se doter d'armes nucléaires". "Il ne faut jamais permettre à l'Iran d'acquérir des armes nucléaires. Cela ne mettrait pas en danger seulement Israël et les autres régimes et Etats du Moyen-Orient mais aussi la France, l'Europe et le monde entier," a plaidé le Premier ministre israélien.

Par la fermeté qu'elle a affichée, la France apparaît comme étant aux côtés des Israéliens concernant le programme nucléaire iranien, que les Occidentaux soupçonnent de dissimuler un volet militaire en dépit des démentis de Téhéran.  Un nouveau round de négociations entre les 5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine, Russie et Allemagne) et l'Iran doit s'ouvrir mercredi à Genève.

sur le même sujet

• DIPLOMATIE : Hollande en Israël : les dossiers chauds

• VIDEO - Le best of des visites d’Etat en Israël

• ZOOM - Où en sont les négociations israélo-palestiniennes ?

• La France a-t-elle fait capoter l'accord sur le nucléaire iranien ?