Embargo sur le porc européen : Le Foll se rendra en Russie en octobre

  • A
  • A
Embargo sur le porc européen : Le Foll se rendra en Russie en octobre
@ AFP
Partagez sur :

Le ministre de l'Agriculture fera la déplacement en Russie, sur une invitation de son homologue, afin d'essayer de négocier sur l'embargo que Moscou applique depuis 2014 sur le porc européen.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a affirmé vendredi, lors d'une visite au Salon international des productions animales (Space) à Rennes, qu'il irait "en octobre" en Russie pour essayer "d'ouvrir des portes" face à l'embargo actuellement en vigueur sur le porc européen. Stéphane Le Foll doit se rendre à Moscou à l'invitation de son homologue russe.

"J'ai été invité pour venir pour un salon en Russie par le ministre russe et j'irai donc au mois d'octobre en Russie", a déclaré le ministre. "J'essayerai moi-même de commencer à dialoguer, discuter et essayer d'ouvrir des portes sur l'embargo sanitaire, je dis bien sanitaire, il s'agit de cela", a-t-il dit.

Un embargo lié à la crise ukrainienne. Moscou a décrété en janvier 2014 un embargo sur le porc européen, officiellement motivé par la découverte de quelques cas de fièvre porcine africaine chez des sangliers morts en Lituanie et en Pologne. L'UE a porté plainte contre cet embargo devant l'Organisation mondiale du Commerce (OMC). La Russie a interdit ensuite l'importation de la plupart des produits alimentaires des pays qui la sanctionnent pour son rôle présumé dans la crise ukrainienne, ce qui touche particulièrement le secteur agricole européen.

100.000 à 150.000 tonnes de porc en trop. Évoquant la crise qui secoue le secteur de l'élevage, Stéphane Le Foll a affirmé qu'il ne laisserait pas "ce qu'il se passe sans réponses structurelles" et a annoncé qu'il ferait la semaine prochaine de nouvelles "propositions de contractualisation" pour les secteurs bovins et porcins. Le mois dernier, le ministre de l'Agriculture avait estimé qu'en raison de la fermeture du marché russe, il y avait "100.000 à 150.000 tonnes de porc supplémentaires sur le marché européen".

La "reprise des négociations pour une exportation de gras et d'abats de porc (produits non soumis à l'embargo diplomatique) vers la Fédération de Russie" fait également partie des demandes formulées au gouvernement par le syndicat national des industries de la viande (Sniv), cet été.