Dupont-Aignan veut "supprimer les régions" et créer "60 départements"

  • A
  • A
Dupont-Aignan veut "supprimer les régions" et créer "60 départements"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le président de Debout la République estime que la réforme territoriale souhaitée par François Hollande "est une pure folie".

"La décentralisation, c’est responsabiliser les gens". Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République, était l’invité d’Europe 1, samedi matin. La veille, il avait été reçu, comme tous les autres chefs de partis, par François Hollande pour discuter de la réforme territoriale, "une pure folie selon lui" : "cela va casser la démocratie locale. Je suis pour des réformes et pas pour laisser le système comme cela, avec des excès de dépenses publiques. Mais faire tout remonter à 11 grands féodaux, quand on voit la catastrophe qu’ont été les conseils régionaux - dépenses publiques, éloignement des citoyens -, je pense qu’au contraire la démocratie c’est de faire redescendre sur le terrain. La décentralisation, c’est responsabiliser les gens. Donc j’ai proposé une réforme alternative : 60 départements et suppression des régions. Là, on fera des économies et on renforcera la démocratie".

Un référendum, "c'est une évidence". Interrogé sur ce que pourrait rapporter sa réforme - alors que celle du chef de l’Etat devrait permettre d’économiser entre 12 et 25 milliards d’euros -, Nicolas Dupont-Aignan estime que "c’est complètement pipeau. Cela ne veut rien dire. Ma réforme rapportera plus, mais nous sommes tous incapables de la chiffrer." Souhaite-t-il, comme l’UMP, l’organisation d’un référendum sur ce sujet ? "C’est une évidence ! Le sénat ne se réformera jamais, il faut passer au dessus des sénateurs."

PRESSION - Réforme territoriale : l’ultimatum des élus d'opposition

SONDAGE - Une majorité de Français favorable à la suppression des conseils généraux

ANALYSE - Les perspectives du redécoupage territorial

"GRANDE"-BRETAGNE - Manifestation à Nantes pour le rattachement à la Bretagne

SONDAGE - 60% des Français prêts au "big-bang" territorial

RÉTICENCES - En revanche, les élus locaux du PS apprécient guère