Dominique de Villepin "peut être très utile" à la France

  • A
  • A
Dominique de Villepin "peut être très utile" à la France
Partagez sur :

Le réseau social lancé par l'ancien premier ministre "n'a pas été fait pour Clearstream, ou en connexion avec Clearstream", selon cette proche de Dominique de Villepin.

"Je pense que Dominique de Villepin peut être très utile à notre pays", a assuré Brigitte Girardin, ancienne ministre de l'Outre-mer et actuelle présidente du "ClubVillepin". "Il y a un vrai besoin, il y a une vraie attente", a encore affirmé l'ancienne ministre, alors que l’interrogatoire de l’ancien premier ministre se poursuivait, mercredi, devant le tribunal correctionnel de Paris.

"Depuis 29 ans [...] j'ai toujours vu Dominique de Villepin animé d'une volonté très forte de servir son pays et de servir les Français", a-t-elle encore lancé.

Ecoutez son interview intégrale :













Le réseau social "ClubVillepin", qui, selon elle, "n'a pas été fait pour Clearstream, ou en connexion avec Clearstream", comporte "plus de 1.600 adhérents", issus "de la diversité, a encore détaillé Brigitte Girardin. Selon elle, il s'agit d'un signe d'encouragement aux ambitions politiques de l'ex-premier ministre : "Depuis qu'on a ouvert ce site internet, on n'a vraiment pas le sentiment" que Dominique de Villepin soit isolé, a-t-elle jugée.

Interrogée sur le fonctionnement du site, Brigitte Girardin se défend d'en avoir fait un club "anti-Nicolas Sarkozy". "Je vous mets au défi de trouver sur notre site des propos qui seraient agressifs. Nous veillons à modérer les commentaires, quand il y a des critiques sur Dominique de Villepin, nous ne les supprimons pas."

"[Jacques Chirac] suit très attentivement ce qu'il se passe", a enfin affirmé Brigitte Girardin, reconnaissant rendre visite "régulièrement" à Jacques Chirac. Interrogée sur les éventuels messages que ferait transiter l'ancien président à son ex-premier ministre, Brigitte Girardin a lancé : "Je ne vais pas vous dévoiler le contenu de mes conversations" avec Jacques Chirac.