"Des paroles et des actes" sur France 2 : Marine Le Pen annule sa participation

  • A
  • A
"Des paroles et des actes" sur France 2 : Marine Le Pen annule sa participation
Partagez sur :

La présidente du Front national dénonce une "mascarade" après l'ajout d'un débat avec ses adversaires aux élections régionales.

Marine Le Pen plante France 2 à trois heures du direct. La présidente du Front national a annoncé qu'elle ne participerait pas à Des paroles et des actes, l'émission politique dont elle était l'invitée jeudi soir sur France 2. "Je ne me rendrai pas ce soir à cette mascarade qu'est devenue depuis quelques heures l'émission de M. Pujadas Des paroles et des actes", a-t-elle affirmé dans un communiqué, peu avant 18 heures jeudi. Face à ce faux bond, France 2 a été contrainte d'annuler l'émission au dernier moment.

La réaction de Pujadas. "Bien entendu, je regrette cette décision de Marine Le Pen", a déclaré David Pujadas, interrogé dans le journal de 19 heures sur Europe 1. "Je la regrette pour nos téléspectateurs, pour le débat public. Nous sommes obligés d'annuler faute de combattant, ou plutôt faute de combattante". "A la mi-journée, elle avait donné son accord", a assuré le journaliste. "C'est dommage pour elle, mais c'est surtout dommage pour le débat".

 "Méthode cavalière et méprisante". Marine Le Pen s'indignait de devoir finalement débattre avec Xavier Bertrand (Les Républicains) et Pierre de Saintignon (PS), ses adversaires aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en plus des deux débats déjà prévus dans l'émission. Elle dénonce une "méthode cavalière et méprisante" de France 2. "Ces changements de dernière minute visent à obéir aux caprices du système UMPS, système qui n'a pourtant pas à se plaindre, trustant déjà près de 95% du temps d'antenne politique dans le pays", estime-t-elle.

Marine Le Pen fait référence aux protestations adressées mercredi par Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Cambadélis, au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) et à France Télévisions. Le président du parti Les Républicains et le premier secrétaire du Parti socialiste s'indignaient de l'absence de débat entre Marine Le Pen et ses rivaux dans le Nord et dénonçaient "une violation manifeste de la règle républicaine de l'équité du temps de parole".

"Amateurisme" et "servilité". Dans son communiqué, Marine Le Pen s'en prend personnellement à David Pujadas, le présentateur de Des paroles et des actes. "L'amateurisme et la servilité de M. Pujadas ont transformé aujourd'hui l'organisation de cette émission en véritable pantalonnade", dénonce-t-elle.

"Je ne renoncerai pas", avait-elle pourtant assuré.Invitée d'Europe 1 plus tôt dans la journée, Marine Le Pen avait déjà dénoncé un "amateurisme total" de France 2, après que la chaîne a décidé d'inviter ses adversaires aux régionales. "On m’a traitée comme jamais je n’ai été traitée, avec autant de mépris, de discourtoise, puisque mon directeur de la presse a été informé à 23h40 et n’a donc pris connaissance de ce mail que ce matin", s'est-elle indignée.

Toujours sur Europe 1, Marine Le Pen assurait pourtant qu'elle irait bien sur le plateau de France 2. "Non, je ne renoncerai pas malgré toutes les mauvaises manières qui me sont faites, pour une raison simple : c'est que je suis la voix de ceux qui n'en ont pas", a-t-elle déclaré. Avant de se dédire.


"On l'a mal traitée". "On lui proposait plus de trois heures d'émission, six débats. Elle acceptait qu'il y ait des débats, mais pas deux fois des représentants du Parti socialiste et des listes UMP-UDI", a justifié de son côté son bras droit, Florian Philippot, interrogé par Europe 1. "On l'a déjà traitée très mal en lui imposant un débat, sans aucune discussion, par un mail envoyé en pleine nuit, la veille de l'émission", a-t-il dénoncé.