Des comptes Twitter anti-Sarkozy fermés
Des comptes Twitter anti-Sarkozy fermés

DECRYPTAGE - Hostiles ou parodiques, au moins 5 comptes ont été fermés en 3 jours.

Pour ne pas brouiller la parole officielle de son candidat, l'UMP aurait demandé la semaine dernière à Twitter de fermer plusieurs comptes pour usurpation de l'identité du président de la République. Une information confirmée par le témoignage d'un responsable de l'équipe Internet de Nicolas Sarkozy, cité par lemonde.fr lundi. Ce membre de l'équipe Sarkozy admet avoir demandé la fermeture des comptes où le nom "Sarkozy" apparaissait, des suspensions opérées entre le 16 et le 18 février, soit quelques heures après le lancement du compte officiel de Nicolas Sarkozy le 15 février, @NicolasSarkozy.

Pas de parodies de Sarkozy

L'équipe de Nicolas Sarkozy a fait jouer une clause des conditions d'utilisation de Twitter qui interdit de reprendre le nom et le prénom de l'utilisateur officiel. Toute personne estimant que quelqu'un usurpe l'identité de quelqu'un ou la sienne peut demander la fermeture du compte : Twitter "interdit d'usurper l'identité d'autres personnes de manière susceptible d'induire en erreur ou tromper", comme le précise le réseau social. Exit donc @MrSarkozy : "cela pouvait pouvait prêter à confusion les internautes cherchant à suivre Nicolas Sarkozy sur Twitter", clame l'équipe web du candidat.

Le compte parodique @_nicolassarkozy a lui aussi été suspendu. "Nous avons reçu un rapport suivant lequel votre compte @_NicolasSarkozy commet une usurpation d'identité non parodique. Bien que Twitter croie fermement à la liberté d'expression, une imitation qui induit en erreur, prête à confusion ou trompe autrui est contre les règles de Twitter", justifie Twitter dans un courrier à l'équipe qui gère ce compte. Kaboul.fr estime toutefois que la décision est injuste puisque le compte précisait clairement être parodique depuis sa création en septembre 2010.

Le compte @SarkozyCaSuffit a connu le même sort. Mais un membre de l'équipe Internet de Nicolas Sarkozy assure au Monde ne pas être le responsable des cas de suspensions de ces comptes qui participent au "droit à la dérision". Toutefois, sur son blog, le journaliste Frédéric Martel fait aussi remarquer que "les comptes parodiques hostiles à François Hollande sont également nombreux (…) et ne semblent pas, à ce jour, avoir été désactivés".

Des signalements de spam abusifs ?

Reste un autre cas de figure : celui des comptes qui ne contiennent pas le nom du président candidat. Les comptes @mafranceforte ou @fortefrance, qui s'inspirent du slogan de campagne de Nicolas Sarkozy, ont eux aussi été suspendus. Pour ces deux-là, Internet sans frontières parle de "censure inacceptable, faite en violation même des conditions générales d'utilisation de Twitter qui concède à l'utilisateur un droit sur son contenu".

Twitter n'a pas encore expliqué la raison de ces suspensions. Mais elles pourraient être la conséquence d'un signalement massif de ces profils en tant que "spam". Si un nombre conséquent d'internautes suivent cette procédure, le réseau social a pour politique d'interdire l'accès au compte. La mésaventure était arrivée à Frédéric Lefebvre à son arrivée sur Twitter.

Ces suspensions "démontrent que les procédures de Twitter sont à revoir pour y apporter une plus forte dose de contradictoire", conclut Numerama.com. Ces mesures ont en tout cas fait grand bruit sur le site de micro-blogging puisque #sarkocensure est depuis ce week-end l'un des sujets les plus commentés, notamment par l'équipe de François Hollande.