Bouches-du-Rhône : Guérini, la fin d'un règne

  • A
  • A
Bouches-du-Rhône : Guérini, la fin d'un règne
@ BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

DÉPARTEMENTALES - Le président sortant du conseil général des Bouches-du-Rhône a perdu son poste lors du second tour des départementales. C'est l'UMP qui s'est imposée.

L'INFO. Plus de dix-sept ans qu'il dirigeait le département. Dix-sept ans d'un règne sans partage. Et "les habitants de Marseille et des Bouches-du-Rhône sont satisfaits" de son bilan, fanfaronnait-il avant le premier tour. Mais, cette fois, Jean-Noël Guérini s'est raté. L'ancien homme fort du PS local, bien que réélu dans son canton, a perdu son pari et c'est une page du département qui se tourne. Martine Vassal, tête des listes d'union UMP-UDI, a en effet annoncé l'avoir emporté dans 16 cantons sur 29 lors du second tour des élections départementales. La gauche (PS, Union de la gauche, PCF et divers gauche) n'en enlève que 12.

"La force du 13", un pari raté. Démissionnaire du Parti socialiste, avant d'en être exclu en raison de ses ennuis judiciaires à répétition - dont une mise en examen pour association de malfaiteurs dans une affaire de marchés publics présumés truqués -, Jean-Noël Guérini avait lancé, en avril 2014, un nouveau parti politique attrape-tout, "la force du 13". Ses troupes, hétéroclites, n'avaient réussi à se qualifier pour le second tour que dans une minorité des 29 cantons, laissant souvent la place à des duels UMP-UDI contre FN. Et la "Force du 13" n'a pas non plus réussi à endiguer la montée du Front national, largement en tête au premier tour avec 33,5% des suffrages. Des résultats annonciateurs de la défaite au second tour.

Un mal pour un bien à gauche ? Si le Parti socialiste sort lui aussi groggy de ce scrutin, certains caciques du PS verront certainement le verre à moitié plein. Car cette défaite de Jean-Noël Guérini devrait permettre à la rue de Solferino de s'atteler à la tâche pour se reconstruire dans les Bouches-du-Rhône, sans l'ombre tutélaire du "Napoléon du Conseil général". Le député PS Henri Jibrayel a ainsi d'ores et déjà appelé à la démission du premier secrétaire de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, Jean-David Ciot, coupable selon lui de n'avoir "pas été à la hauteur du débat" et, surtout, d'avoir "trop joué avec Guérini".

Et pendant que la gauche marseillaise est occupée à s'entredéchirer - puis à se reconstruire -, Martine Vassal, elle, se frotte les mains. L'adjointe (UMP) de Jean-Claude Gaudin à la mairie de Marseille va devenir la prochaine présidente du département.

>> LIRE AUSSI - Détournement de fonds publics : Guérini et Ciot relaxés

>> LIRE AUSSI - Bouches-du-Rhône : Guérini triomphe, le PS pleure

>> LIRE AUSSI : Ce qu'on reproche aux frères Guérini