Déchéance de nationalité : Manuel Valls "convaincu" d'avoir "une large majorité" au Congrès

  • A
  • A
Déchéance de nationalité : Manuel Valls "convaincu" d'avoir "une large majorité" au Congrès
Partagez sur :

Le Premier ministre est venu sur TF1 s'expliquer sur la polémique engendrée par la décision du chef de l'Etat d'inscrire la déchéance de nationalité dans le projet de réforme constitutionnelle.

Le principe de l'inscription de la déchéance de nationalité dans le projet de réforme constitutionnelle a été annoncé mercredi en conseil des ministres. Pourtant, de Christiane Taubira à… Manuel Valls, nombre de voix s’étaient élevées - avec plus ou moins de virulence -, contre cette idée. Le Premier ministre, justement, est venu s’expliquer au 20h de TF1, mercredi soir. 

"Les Français sont en droit de se défendre". "Il y a eu un débat, et c’est normal. Tout débat est légitime, nous sommes en démocratie. Le président s’est exprimé devant le Congrès, il a incarné l’unité nationale et a proposé une réforme constitutionnelle. Aujourd’hui, un binational naturalisé peut se voir retirer sa nationalité. Et le président a considéré que cela pouvait aussi concerner ceux qui sont nés français. Je veux rassurer les gens : on parle de terroristes ! Les Français sont en droit de se défendre."


Réforme constitutionnelle : Valls est "convaincu" d'obtenir "une large majorité" du Parlement

"Taubira a rappelé que le président tranchait" Interrogé sur les propos de Christiane Taubira - qui a estimé mardi sur une radio algérienne que la déchéance de nationalité "posait un problème de fond" -, Manuel Valls a, une nouvelle fois, jugé "normal qu’il y ait un débat. Mais dix projets d’attentats ont été évités. Plus de 1.000 individus sont en Syrie et sont un danger pour la France. La cohérence, elle est là. Taubira a rappelé que le président tranchait en dernier recours. "Je défendrai la réforme constitutionnelle avec Christiane Taubira devant le Parlement. Je suis convaincu que nous aurons une large majorité pour réformer la Constitution." 

>> Un peu plus tôt, Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, était revenu sur Europe 1 sur la polémique médiatico-politique autour de cette décision du gouvernement :


Déchéance de nationalité : Stéphane Le Foll...par Europe1fr