David Revault d’Allonnes : en visant à droite et à gauche, Macron ne dit "rien de très consistant"

  • A
  • A
Partagez sur :

Selon David Revault d’Allonnes, l'éditorialiste du JDD, Emmanuel Macron profite de la chute de Fillon pour s'avancer vers le centre droit, et du positionnement de Benoit Hamon pour progresser aussi vers le centre gauche. Une stratégie qui a un prix à payer.

L'AVIS DE

Le meeting de Marine Le Pen, à Lyon, ce sera aujourd'hui. Celui d'Emmanuel Macron, c'était samedi après-midi au Palais des Sports. Encore une fois, l'ancien ministre de l'Economie a fait salle comble. Les organisateurs parlent de 8.000 personnes à l'intérieur, et de plusieurs milliers d'autres devant des écrans géants à l'extérieur. Un discours souvent lyrique, et la volonté affichée de dépasser le clivage gauche-droite. Pour David Revault d’Allonnes, du Journal du Dimanche, c'est un positionnement qui peut, à terme, nuire à sa campagne.

De l'espace à droite avec Fillon et à gauche avec Hamon. "Il continue à travailler dans les deux directions, sur sa droite, sur sa gauche. D'abord parce qu'à droite, les difficultés de François Fillon, lui ouvrent un peu plus d'espace, notamment au centre-droit, chez tous les déçus du fillonisme. Et à gauche, la candidature de Benoît Hamon lui ouvre de l'espace au centre-gauche."

"A force, ça va finir par se voir". Le prix de cette conciliation, d'après le journaliste, est de "rien dire de très consistant. C'est ce qui s'est passé au meeting de Lyon où il a disserté pendant 1h40 sans énoncer de propositions et positions fortes. Le grand écart, oui, mais attention, met en garde l'éditorialiste, parce qu'à force, ça va finir par se voir."