Cukierman et Boubakeur : une poignée de main et un peu d'"apaisement"

  • A
  • A
Cukierman et Boubakeur : une poignée de main et un peu d'"apaisement"
@ ERIC FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

APAISEMENT - Le chef de l'Etat a reçu mardi après-midi le président du Crif et celui du CFCM, après la polémique suscitée par les propos de Roger Cukierman sur les "jeunes musulmans".

L'INFO. François Hollande voulait éteindre la polémique. Le chef de l'Etat a donc reçu, ensemble, les présidents du Crif et du Conseil français du culte musulman (CFCM), Roger Cukierman et Dalil Boubakeur. Le premier avait assuré, lundi sur Europe 1, que "toutes les violences aujourd'hui sont commises par des jeunes musulmans". Le second avait, en réaction, boycotté le dîner traditionnel du Crif. Désormais, les tensions sont apaisées et les deux hommes se sont serrés la main.

>> LIRE AUSSI - Le CFCM boycotte le dîner du Crif après les propos de Cukierman

"Nous avons voulu apporter l'apaisement nécessaire afin que les fidèles de nos deux communautés puissant à nouveau partager le principe de la convivialité et du vivre-ensemble", a déclaré Dalil Boubakeur au sortir de cette réunion d'une heure. Le recteur de la Grande mosquée de Paris a tout de même souligné la "peine des musulmans de France qui ont souffert des mots prononcés".

eee
"Nous devons nous unir contre le racisme et l'antisémitisme". "Nous nous connaissons depuis longtemps et nous avons créé ensemble les amitiés judéo-musulmanes, il y a 12 ans, qui continuent de fonctionner. Nous sommes l'un et l'autre sur le même bateau. Nous devons nous unir contre le racisme et l'antisémitisme. Nous souffrons, dans la communauté juive, des meurtres qui ont été récemment commis par des hommes qui se réclament d'un islam complètement détourné des valeurs réelles du coran", lui a répondu Roger Cukierman, avant de conclure : "nous voulons qu'entre nos deux communautés, nous ayons une vision commune du vivre-ensemble". Puis les deux hommes se sont serrés la main devant les photographes. Un plan destiné à favoriser le dialogue avec l'islam, la sécurité des musulmans et la formation de leurs représentants doit être présenté mercredi en conseil des ministres.

>> LIRE AUSSI - Hollande : "profaner, c'est insulter toutes les religions"