Croissance 2015 : Hollande relativise les bonnes prévisions de l'Insee

  • A
  • A
Croissance 2015 : Hollande relativise les bonnes prévisions de l'Insee
@ REUTERS
Partagez sur :

BONNE NOUVELLE - Le président François Hollande s'est réjoui des prévisions de croissance établies par l'Insee même si cela ne sera pas "suffisant" pour faire baisser le chômage. 

Selon les prévisions de l'Insee publiées jeudi soir, la croissance française devrait mieux se porter en 2015 qu'en 2014. Dans la foulée, François Hollande s'est réjoui de ces estimations, les jugeant "en ligne" avec celles du gouvernement pour 2015, qui table sur 1%. Il a tout de même ajouté que cette croissance ne serait pas "suffisante" pour entraîner une baisse du chômage.

>> LIRE AUSSI - Croissance pour 2015 : l'Insee donne raison au gouvernement

"Une situation positive"... "Nous avons effectivement des situations meilleures", a estimé le président français lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles. En premier lieu, "la zone euro est solide" et les "taux d'intérêt, même pour les pays périphériques qui étaient les plus menacés, ont considérablement baissé", a-t-il observé. Pour François Hollande, la "deuxième situation positive" est "un prix du pétrole très bas" et un "cours de l'euro qui a perdu 10% par rapport au dollar ces six derniers mois" avec "des taux d'intérêt pour la France qui sont en-dessous de 0,90%".

bercy, économie, ministeres des finances, ministere de l'économie, argent, 640

... mais sans effet sur le chômage. "Troisième situation positive : le plan Juncker d'investissement" de 315 milliards d'euros en Europe dans les trois prochaines années, que les 28 ont endossé jeudi soir, selon le président. Parmi les "incertitudes", François Hollande a cependant noté la crise ukrainienne ou la situation au Moyen-Orient. L'Insee a conforté jeudi les espoirs du gouvernement en prédisant une petite accélération de la croissance, qui restera toutefois sans effet sur le chômage, et très dépendante du prix du pétrole comme du cours de l'euro.

Encore des progrès à faire. Si l'institut n'a pas fait de prévision pour l'ensemble de l'année prochaine, il a livré une indication en estimant à 0,7% "l'acquis de croissance" à la fin du premier semestre 2015. "En langage simple, cela veut dire que l'on aurait fait pratiquement les deux tiers du chemin pour avoir 1% de croissance à la fin 2015", a relevé François Hollande qui estime donc que cet objectif sera "sans doute atteint". "Est-ce que 1% de croissance suffit pour réduire le chômage en France ?", s'est encore interrogé le président : "non parce qu'en France, la population active augmente". D'où, selon lui, la nécessité d'être "encore plus compétitif" et de faire "plus de croissance que les autres à moyen et long terme" avec des réformes comme la loi Macron pour la croissance et l'activité.

>> LIRE AUSSI - Croissance : la loi Macron portera-t-elle ses fruits ?