Criminalité : Sarkozy entre "en guerre"

  • A
  • A
Criminalité : Sarkozy entre "en guerre"
@ REUTERS
Partagez sur :

Le chef de l’Etat a décidé notamment de remplacer le préfet de l’Isère après les incidents de Grenoble.

Nicolas Sarkozy a décidé de reprendre la main en matière de sécurité. Après les graves incidents qui ont émaillé ces derniers jours à Grenoble et à Saint-Aignan, le chef de l’Etat est décidé à lancer, selon ses propres mots, une "véritable guerre" contre la criminalité.

"Des événements d'une extrême gravité viennent de se produire ces jours derniers dans l'Isère et le Loir-et-Cher marquant une escalade de la violence, en particulier envers les forces de l'ordre", a affirmé le chef de l'Etat dans une déclaration en Conseil des ministres communiquée à la presse. "Ces événements ne sont pas acceptables. Le gouvernement mène une lutte implacable contre la criminalité. C'est une véritable guerre que nous allons livrer aux trafiquants et aux délinquants. L'autorité de la loi doit être respectée sur l'ensemble du territoire national", a également déclaré le président de la République.

Réunion sur les gens du voyage

Et Nicolas Sarkozy n’hésite pas à se placer en première ligne. Quitte à couper l’herbe sous le pied à son ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux en annonçant lui-même le remplacement du préfet de l’Isère. "J'ai décidé de nommer préfet de l'Isère Eric Le Douaron, un policier de métier, préfet de la Meuse, qui a été durant six ans un très remarquable directeur de la sécurité publique à Paris, de la même façon que j'ai nommé voici quelques semaines préfet de Seine-Saint-Denis un autre grand policier en la personne de Christian Lambert", a annoncé le chef de l’Etat. Exit donc Albert Dupuy, en poste depuis décembre 2008 dans la capitale des Alpes.

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy a annoncé la tenue d’une réunion sur les gens du voyage. "Les événements survenus dans le Loir-et-Cher soulignent les problèmes que posent les comportements de certains parmi les gens du voyage et les Roms", a affirmé le chef de l'Etat. "Je tiendrai une réunion à ce sujet le 28 juillet. Cette réunion fera le point de la situation de tous les départements et décidera les expulsions de tous les campements en situation irrégulière."