Coucou, revoilà Julien Dray à la direction du PS

  • A
  • A
Coucou, revoilà Julien Dray à la direction du PS
Julien Dray @ BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

Jean-Christophe Cambadélis a annoncé la composition du secrétariat national. En ligne de mire : 2017.

La direction du PS a fait peau neuve. Jean-Christophe Cambadélis a présenté samedi son secrétariat national, le gouvernement du PS, composé de 40 femmes et 38 hommes. Rajeuni, le nouvel exécutif socialiste donne une bonne place à toutes les sensibilités de la "motion A", la motion de soutien au gouvernement, arrivée majoritaire au Congrès de Poitiers. Et il contient notamment une surprise : la présence de Julien Dray, désormais secrétaire nationale en charge de "alliance populaire". 

"Un coup de pouce de Hollande". L'ancien président de SOS racisme, qui fut également député de l'Essonne (de 1988 à 2012) et cadre influent du PS dans les années 90-2000, refait donc son retour dans les hauteurs de la sphère socialiste. "C'est un coup de pouce de Hollande", a estimé un ténor cité par l'AFP. Les deux hommes, amis de longues date, semblaient s'être éloignés depuis la rupture du chef de l'Etat avec Ségolène Royal. 

"Aujourd’hui, c’est donc un grand retour. Valérie Trierweiler, c’est fini. Et surtout François Hollande a renoué avec l’homme qui, du temps de Mitterrand déjà, aimait tant parler à l’oreille du Président. Les atouts de Dray : sa culture politique, sa connaissance encyclopédique du monde politique, son savoir-faire (doublé d’une rouerie haut de gamme) et l’expérience qu’il a engrangée quand il faisait ses gammes auprès de l’ancien chef de l’Etat", détaille le JDD samedi.

"La gauche se meurt". Longtemps proche de Jean-Luc Mélenchon, Julien Dray aura pour mission de rassembler autant que possible la gauche. Une mission qui lui tient à cœur depuis longtemps. "Il y a urgence. La gauche se meurt. Il faut un big-bang. Je me suis engagé à l'âge de 15 ans, parce que je croyais à quelque chose. Ce que je ne veux pas, c'est que dans deux ans, le bilan de ma vie de militant soit de convaincre les électeurs de gauche de voter pour Nicolas Sarkozy", lançait-il en décembre dernier sur Europe 1. "On est dans une situation incroyable où la gauche passe son temps à se battre entre elle, à expliquer qui est le plus de gauche", enchaînait-il, dénonçant des "docteurs de gauche, qui donnent des brevets de gauche". Et d'asséner encore, notamment au sujet des querelles sur la loi Macron : "on est jamais sur les bons combats, on mène des guerres que personne ne comprend".


Julien Dray : "Il y a urgence, la gauche se meurt"par Europe1fr

Qui d'autres dans le gouvernement Cambadelis ? La plupart des postes-clés du gouvernement Cambadélis restent aux mêmes personnalités : Christophe Borgel conserve la tête d'un pôle "animation, élections et vie du parti"; Jean-François Lebat demeure trésorier. Olivier Faure, Juliette Méadel et Corinne Narassiguin restent aussi porte-parole. Jean-Marc Germain, proche de Martine Aubry, est le responsable d'un pôle "mondialisation, régulation, coopération". Auprès du premier secrétaire, François Lamy, autre proche de Martine Aubry, est chargé des relations extérieures. Carlos Da Silva, ex-porte-parole, "vallsiste", s'occupera désormais du "développement des fédérations et adhésions".