Copé moins populaire que… Le Pen

  • A
  • A
Copé moins populaire que… Le Pen
@ MaxPPP
Partagez sur :

SONDAGE - Le psychodrame de l’UMP a dégradé l’image de ses hommes. Y compris Sarkozy.

Grosse claque pour Copé. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. En s’arcboutant à son poste de président de l’UMP, Jean-François Copé savait qu’il aurait à en payer les conséquences. Et il paye cher. Dans le baromètre CSA pour Les Echos publié vendredi, le député-maire de Meaux perd sept points de popularité auprès de l’ensemble des Français. Seulement 24% des sondés ont une image positive de lui. La sanction est encore plus lourde quand elle est prononcée par les sympathisants de droite : il perd 21 points ! Mais il est certainement un autre constat qui lui fera plus mal encore : Marine Le Pen est désormais plus populaire que lui auprès des Français. "Un doute très fort demeure sur son élection, Sa victoire proclamée ne lui a pas conféré pour le moment la légitimité qu'il devait espérer", analyse dans le quotidien économique Jérôme Sainte-Marie, le directeur du département Politique-Opinion de CSA.

>>  A LIRE AUSSI : L’UMP s’enlise, Copé s’enfonce

fillon hemicycle

© MaxPPP

François Fillon s’en sort un peu mieux. A croire que la victime, c’est lui. Depuis le début du psychodrame de l’UMP, le député de Paris est toujours resté au dessus du président contesté dans toutes les enquêtes d’opinion. Cette fois, auprès de l’ensemble des Français, l’ancien Premier ministre perd, comme son meilleur ennemi, sept points de popularité. Les sympathisants de droite lui en veulent également : il baisse de 18 points. Souvent en tête du palmarès des personnalités politiques, François Fillon cède cette fois sa place à Manuel Valls, et descend même du podium (4er). Mais il reste tout de même la seconde personnalité de droite préféré des Français derrière Alain Juppé, l'homme de la médiation.
 
 
sarkozy 930

© Max PPP

Sarkozy, la victime collatérale.
Confronté à la déliquescence de l’UMP, il n’a pu s’empêcher de s’immiscer dans la vie de son parti. Nicolas Sarkozy a joué les intermédiaires entre les deux rivaux pour sauver ce qui pouvait encore l’être, et il ne l’a pas fait de gaieté de cœur. Lui voulait en effet rester discret au moins jusqu’en 2014 pour préserver son image. Patatras, son immixtion dans le dossier UMP lui fait perdre 10 points chez les électeurs de droite.

>> A LIRE AUSSI : le Sage Sarkozy est-il allé trop loin ?

nathalie koscisko-morizet nkm maxppp 930620

© MAXPPP

Alors qui sont les gagnants du psychodrame? Si François Fillon reste la seconde personnalité de droite préféré des Français, il est désormais devancé par un homme que l’on attendait plus à pareille place. Alain Juppé est juste derrière Manuel Valls, avec 54% d’opinions positives. Le maire de Bordeaux bénéficie à plein de sa tentative de médiation, lui l’habituel mal-aimé. Xavier Bertrand a quant à lui très vite rejoint la position neutre des non-alignés, bien qu’il ait dit avoir voté Fillon. Une prise de distance qui lui fait gagner six points. Même constat pour Nathalie Kosciusko-Morizet, en hausse de 4 points auprès de l'ensemble des sondés.

>> A LIRE AUSSI : les non-alignés montrent les dents