Congrès PS : Manuel Valls joue l'unité, malgré l'épisode Montebourg

  • A
  • A
Congrès PS : Manuel Valls joue l'unité, malgré l'épisode Montebourg
Le Premier ministre Manuel Valls lors du Congrès du PS le 7 juin 2015@ AFP/MEHDI FEDOUACH
Partagez sur :

Le Premier ministre Manuel Valls a vivement répliqué après la tribune d'Arnaud Montebourg et Matthieu Pigasse, qui critiquent vertement l'action du gouvernement.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a répliqué dimanche à Arnaud Montebourg qu'il a taxé d'"irresponsabilité" lors du congrès du PS à Poitiers. Son ancien ministre, dans une tribune commune avec le banquier Matthieu Pigasse, a largement critiqué l'action du gouvernement dans le JDD.

"Moi, j'assume la responsabilité (de gouverner) et je laisse l'irresponsabilité aux autres. Il faut avoir du courage pour gouverner, oui, absolument", a répondu Manuel Valls lors de la dernière journée du rassemblement. Arnaud Montebourg et Matthieu Pigasse ont parlé du "désastre français" de la politique actuelle. Le Premier ministre s'est gaussé de "ceux qui commentent, ceux qui font des tribunes exagérées, qui n'ont aucun sens avec la réalité, ceux qui, au fond, n'ont pu accepter de gouverner". "Car gouverner, a enchaîné Manuel Valls, c'est difficile, gouverner, c'est faire des choix, gouverner, c'est se confronter à la réalité du pays".

L'unité. Le Premier ministre a également joué la carte de l'unité : "Contre l'avis de tous les pronostics, le congrès du PS se passe bien", a continué Manuel Valls. "Les Français, je crois, sont rassurés de voir les socialistes rassemblés (...) Il est important que ceux et celles qui gouvernent soient rassemblés. Il est important que les Français voient que ceux qui gouvernent sont unis pour redresser le pays", a-t-il insisté.

"C'est la réussite de cette politique qui est attendue, espérée et soutenue ici, à Poitiers, et j'en suis convaincu, progressivement, par de plus en, plus de Français. Rien ne me fera dévier de ce chemin, conforté, qui plus est, par le soutien et l'engagement de ma famille politique", a-t-il conclu.