Congrès des maires : "La commune est menacée comme jamais"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Vanik Berberian, président de l’association des maires ruraux de France, tire la sonnette d'alarme mardi sur Europe 1 alors que s'ouvre le 100e congrès des maires de France.  

INTERVIEW

Treize milliards d'euros d'économies imposés aux collectivités sur cinq ans, baisse des APL, diminution des emplois aidés, exonération de la taxe d'habitation...Le 100ème congrès des maires s’ouvre mardi matin dans un contexte particulièrement tendu. "La grogne est généralisée", confirme mardi matin Vanik Berberian, président de l’association des maires ruraux de France, invité au micro de Raphaëlle Duchemin dans Europe 1 Bonjour. "L'été a été catastrophique. Nous avons le sentiment de ne pas être vraiment entendus et que c'est la technostructure qui est en train de tirer les ficelles", déplore-t-il.

"On la dépouille de ses prérogatives". Selon lui, les maires sont inquiets quant à l'avenir de la commune. "Elle est menacée comme jamais. On la dépouille de ses prérogatives, on lui diminue ses moyens et on ne donne pas la possibilité aux élus d'assumer ce pour quoi ils se sont présentés aux élections municipales", détaille-t-il ajoutant que la commune est pourtant le premier échelon démocratique.

La taxe d'habitation compensée.Pour tenter d'apaiser les tensions, le ministre de l'Action et des comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé lundi que la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des Français, prévue sur trois ans, sera compensée intégralement par l'Etat aux communes. De la poudre de perlimpinpin pour les maires : "Il n'y a pas un élu qui croit à cette promesse là. Ce n'est pas la première fois que l'on nous promet cette compensation", souligne Vanik Berberian. Si Gérald Darmanin est conscient de ce qu'il dit, c'est un mensonge". 

Le chef de l'Etat interviendra jeudi après-midi en clôture de ce rendez-vous historique, auquel quelque 15.000 maires et une quinzaine de ministres participeront durant trois jours. "Il faut qu'il (Emmanuel Macron) nous parle des territoires ruraux, de la commune. L'aménagement de l'espace, des territoires c'est une nécessité pour le pays", ajoute Vanik Berberian.