Colonisation : le secrétaire général d'En Marche! défend l'expression de "crime contre l'humanité"

  • A
  • A
Colonisation : le secrétaire général d'En Marche! défend l'expression de "crime contre l'humanité"
La déclaration d'Emmanuel Macron sur la colonisation comme "crime de l'humanité" a suscité un tollé à droite et au FN@ Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

Le secrétaire général d'En Marche! a ironisé sur les "trous de mémoire" de François Fillon, qui a fait voter en 2010 une redéfinition du crime contre l'humanité. 

La riposte contre François Fillon est en marche : Richard Ferrand, secrétaire général d'En Marche! et un des principaux lieutenants d'Emmanuel Macron, a défendu jeudi l'emploi par le candidat de l'expression de "crime contre l'humanité" pour désigner la colonisation française. Pour le député socialiste du Finistère, ce terme est "conforme" à la redéfinition du crime contre l'humanité votée par le Parlement français en 2010... Soit l'époque où le candidat de la droite à la présidentielle François Fillon était Premier ministre.

Les "trous de mémoire" de François Fillon. François Fillon avait jugé mercredi soir "indignes d'un candidat à la présidence de la République" les propos tenus par Emmanuel Macron en Algérie sur la colonisation française. "Il faut être rigoureux. François Fillon a pas mal de trous de mémoire", a répliqué Richard Ferrand lors de l'émission en ligne ".pol" (Huffington Post, JDD, L'internaute.com et Le Lab Europe 1).
"Il y a un trou de mémoire qui me paraît une faute politique grave de sa part: il a fait voter en 2010 au Parlement français la définition du crime contre l'humanité en calant cette définition sur celle de la Cour pénale internationale", a-t-il souligné.


Richard Ferrand répond aux attaques de François...par LeLab_E1

Tollé à droite et au FN. "Le crime contre l'humanité, dans son acception historique, avait une forte dimension génocidaire. La redéfinition de son concept est parfaitement conforme à ce que représente la colonisation", a pointé le soutien d'Emmanuel Macron. Dans une interview à une chaîne algérienne lors de son voyage à Alger en début de semaine, le candidat avait déclaré : "la colonisation fait partie de l'histoire française. C'est un crime contre l'humanité, c'est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant aussi nos excuses à l'égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes". Cette déclaration a suscité un tollé à droite et au Front national.