Christian Jacob : "Manuel Valls a imposé le 49-3 avant même qu'il y ait discussion"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Invité du Club de la Presse d'Europe 1, mercredi, le président du groupe LR à l'Assemblée a justifié le choix des députés de droite de ne pas déposer de motion de censure.

INTERVIEW

"On sait pertinemment qu'on aurait été minoritaires", a expliqué le président du groupe les Républicains à l'Assemblée Nationale, Christian Jacob, mercredi sur Europe 1. Quelques heures plus tôt, le texte de la loi Travail a été adopté par l'Assemblée nationale, les députés de gauche échouant à rassembler assez de voix pour déposer une motion de censure. La droite a, elle, choisi de ne pas en déposer. "On n'a pas beaucoup de doute sur la capacité qu'on aurait eu à la faire adopter", a poursuivi le député de Seine-et-Marne invité du Club de la Presse.

"Manuel Valls n'a pas autorisé le débat". "L'assemblée a été piétinée", considère cependant Christian Jacob. "L'utilisation que fait Manuel Valls du 49-3 est particulière", estime le député. "Normalement, on l'utilise quand il y a un blocage. Mais là, il n'y a pas de débat, il n'y a jamais eu aucune obstruction. Il impose le 49-3 avant même qu'il y ait discussion". Pour Christian Jacob, "Manuel Valls n'a pas autorisé le débat dans l'hémicycle, mais a autorisé pendant trois mois la chienlit dans tout le pays."

"Tout cela finissait par tourner au ridicule". Le chef de file des Républicains à l'Assemblée nationale est également revenu sur le changement de position de son parti, au départ ouvert à la discussion sur le texte. "On était plutôt partis sur un débat d'ouverture. C'est arrivé souvent qu'on démarre sur des oppositions assez dures et qu'on trouve des points d'accord", a reconnu Christian Jacob, évoquant par exemple la loi sur le renseignement. Sur la loi Travail, "on a fait le travail en première lecture, on a déposé environ 200 amendements, aucun n'a été accepté", a expliqué le député. "Puis nous avons fait un très bon travail avec les sénateurs républicains, ce texte est revenu à l'Assemblée et là, patatras, il a été totalement décortiqué à nouveau. Tout cela finissait par tourner au ridicule."

Des tempéraments "un peu passionnés". Concernant son altercation avec Manuel Valls, à qui il a rappelé qu'il était "le chef de gouvernement de la Ve République le plus impopulaire", mercredi à l'Assemblée, Christian Jacob a tenu à temporiser. "On a tous les deux des tempéraments un peu passionnés, et de temps en temps le ton monte", a-t-il estimé, rappelant que les débats étaient aujourd'hui "plus policés qu'il y a 25 ou 30 ans".