Chatel : "Sarkozy veut mettre l'UMP à l'abri de toute contestation"

  • A
  • A
Chatel : "Sarkozy veut mettre l'UMP à l'abri de toute contestation"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le secrétaire général de l'UMP se félicite de la décision du président de rembourser lui-même ses pénalités.

L'INFO. La Commission nationale des comptes de campagne avait imposé à Nicolas Sarkozy de verser au Trésor public une pénalité égale au montant du dépassement de sa campagne, à savoir 363.615 euros. Selon les informations d'Europe 1, Nicolas Sarkozy a remboursé de sa poche cette somme à l'UMP. Il a remis un chèque de ce montant au trésorier de son parti. Luc Chatel, secrétaire général de l'UMP, a expliqué la décision de son patron au micro d'Europe 1, mercredi soir.

>> LIRE AUSSI - Pénalités de campagne : Sarkozy sort le chéquier

Éviter "toute polémique inutile". "Nicolas Sarkozy, dès sa prise de fonctions, m'a indiqué qu'il souhaitait rembourser le montant de la pénalité qui avait été versé par l'UMP à la suite du dépassement des comptes de campagne et de ce qu'on a appelé le 'sarkothon'. Il a pris cette décision parce qu'il voulait que cela mette notre formation politique à l'abri de toute contestation, de toute polémique inutile", a déclaré l'ancien ministre de l'Education nationale.

"Sarkozy a voulu que l'on n'utilise pas ce sujet". L'UMP a toujours assuré, par la voix de ses conseils juridiques, qu'elle avait le droit de payer ces pénalités infligés à son candidat. Une information judiciaire est pourtant en cours sur ce sujet. Qu'est-ce qui a donc changé pour pousser le président du mouvement à mettre la main au portefeuille ? "Sarkozy a voulu que l'on n'utilise pas ce sujet pour faire perdurer une polémique vis-à-vis de l'UMP. Manifestement, nos commissaires aux comptes - après avoir validé les comptes sans aucune réserve - ont décidé d'informer le parquet, qui a donc ouvert une information judiciaire. C'est aux magistrats de décider si elle doit s'éteindre."

>> LIRE AUSSI - Fillon-Jouyet : ces pénalités de Sarkozy au cœur de l'affaire

"Sarkozy est dans une logique de rassemblement". Quant à la rencontre entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, mercredi, le secrétaire général de l'UMP a assuré que "c'est un peu à l'image de ces trois premiers jours : Sarkozy est dans une logique de rassemblement. Il reçoit toutes les sensibilités du mouvement, toutes les personnalités, y compris ceux qui ont exprimé des ambitions pour l'avenir. Les images que l'on voit depuis trois jours, cela fait longtemps qu'on ne les avait pas vues à l'UMP."

>> LIRE AUSSI - Nicolas Sarkozy et les sourires de façade à l’UMP