Charlie Hebdo : comment Hollande l'a appris

  • A
  • A
Charlie Hebdo : comment Hollande l'a appris
@ PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Partagez sur :

C'est Patrick Pelloux, urgentiste et chroniqueur de Charlie hebdo, qui a appelé le chef de l'Etat mercredi pour le prévenir de l'attentat.

L'INFO. François Hollande a annoncé qu'une journée de deuil national était décrétée pour jeudi, pour la cinquième fois seulement depuis 1958. Une minute de silence sera observée, jeudi à 12 heures, dans tous les services publics et les écoles de France. Les drapeaux vont aussi rester en berne pendant trois jours. Europe 1 vous raconte comment le chef de l'Etat a vécu cet attentat.

>> DOSSIER SPÉCIAL - Les dernières infos sur l'attentat de Charlie Hebdo

Hollande ne tergiverse pas. En cette période de vœux, le président de la République était à son bureau en train de travailler sur des discours, mercredi peu avant midi. Son téléphone portable sonne alors à plusieurs reprises : le nom de l’urgentiste Patrick Pelloux s’affiche. Le président ne répond pas aux premiers appels, concentré sur sa tâche.

>> LIRE AUSSI - Journée de deuil national : que va-t-il se passer ?

pelloux-640
Puis, finalement, François Hollande décroche son téléphone. A l'autre bout de la ligne, Patrick Pelloux lui annonce le carnage qu’il vient de découvrir dans la salle de rédaction de Charlie Hebdo. A partir de cette minute, l’Elysée bascule en "mode attentat" et le chef de l'Etat décide immédiatement de se rendre sur place.

"Le président est déterminé mais aussi éprouvé personnellement". Sa première décision, prise en concertation avec Manuel Valls : rehausser le plan Vigipirates au niveau alerte attentat. Dans l’après-midi, le chef de l'Etat se rend au chevet des victimes et de leurs proches à l’Hôtel-Dieu. Peu après son retour à l’Elysée, le secrétaire général Jean-Pierre Jouyet convoque l’ensemble du cabinet dans son bureau. L’un des conseillers raconte la scène à Europe 1: "on est une trentaine, debout. Dans une atmosphère lourde. Jean-Pierre Jouyet  nous  dit que le président est déterminé mais aussi éprouvé personnellement, notamment après avoir vu les victimes".

>> LIRE AUSSI - Charlie Hebdo : la classe politique est unanime

hollande-sarkozy

La classe politique unie derrière lui. Le secrétaire général de l’Elysée donne une seule consigne, ferme : "n’embêtez plus le président avec aucun sujet, plus de notes dans les prochaines heures. Son attention et ses décisions sont concentrées uniquement sur cet attentat et ses conséquence". Jeudi, le chef de l'Etat recevra  Nicolas Sarkozy à l'Elysée à 9h30. Et selon les informations d'Europe 1, François Hollande va également s'entretenir avec les deux anciens présidents Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing.

>> LIRE AUSSI - Charlie Hebdo : la classe politique est unanime

Le chef de l'Etat réunira ensuite "les présidents des deux assemblées ainsi que les forces représentées au Parlement". Vendredi, il recevra les principaux dirigeants des partis politiques ne disposant pas d'un groupe au Parlement, Marine Le Pen (FN), François Bayrou (MoDem) et Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche).