Charasse au Conseil constitutionnel

  • A
  • A
Charasse au Conseil constitutionnel
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le sénateur ex-PS avait lui-même confirmé sa nomination mardi.

Les arrivées prochaines de Michel Charasse (ex-PS) et des UMP Jacques Barrot et Hubert Haenel au Conseil constitutionnel ont été officialisées mercredi matin par les autorités de nomination, respectivement Nicolas Sarkozy, Bernard Accoyer et Gérard Larcher.

Michel Charasse. L'ex-sénateur PS avait déjà annoncé sa nomination mardi. "Le président m'a appelé pour me faire part de sa décision", avait glissé le sénateur, ex-PS, dans les couloirs du Sénat, alors que des élus de toutes tendances venaient le féliciter. "Mon projet de nomination n'est la contrepartie de rien et personne ne m'a demandé de lien d'allégeance ni de jurer sur les saintes tables ou les saintes écritures de l'Elysée", a-t-il ajouté mercredi devant les députés.

Depuis longtemps, Nicolas Sarkozy n'a pas fait mystère de sa volonté de voir siéger dans cette enceinte présidée par le chiraquien Jean-Louis Debré l'ancien ministre du Budget et fidèle de François Mitterrand, avec qui il entretient des relations cordiales.

Exclu du PS, le sénateur du Puy-de-Dôme âgé de 68 ans avait fait blêmir sa famille politique en accueillant le candidat UMP Nicolas Sarkozy dans sa mairie de Puy-Guillaume, entre les deux tours de la présidentielle de 2007, gratifiant même d'une accolade l'adversaire de la socialiste Ségolène Royal.

Aux yeux du chef de l'Etat, Michel Charasse a deux avantages : être un homme de gauche et sarkozyste. Exit ainsi les critiques sur un Conseil monocolore et dans le même temps la garantie d'avoir un homme de confiance dans la place.

Hubert Haenel. Félicité par tous dans la grande salle des conférences du Sénat, le sénateur UMP avait lui aussi confirmé mardi sa nomination. Le sénateur du Haut-Rhin, 67 ans, était le choix de Gérard Larcher.

Jacques Barrot. L’ancien ministre et ancien commissaire européen, 73 ans, ne s’est pas encore exprimé. Il a été choisi par Bernard Accoyer, le président de l’Assemblée nationale.

Ces trois nouveaux Sages devraient remplacer ceux dont le mandat arrive à expiration le 12 mars : le socialiste Pierre Joxe, la sociologue Dominique Schnapper et Olivier Dutheillet de Lamothe, secrétaire général adjoint de l'Elysée sous Jacques Chirac.