Ces politiques en short et baskets

  • A
  • A
Ces politiques en short et baskets
Sarkozy et Fillon, en 2006.@ MaxPPP
Partagez sur :

PHOTOS - Outre Sarkozy, Fillon, Pécresse ou encore Le Maire ont posé en tenue de jogger. Un phénomène à droite.

Des exemples, Nicolas Sarkozy en a fournis à la pelle. Avec les photos qui vont avec, toujours. Depuis sa victoire en 2007 jusqu’à aujourd’hui, l’ancien président a prouvé par l’exemple qu’il était un homme d’action, incapable de rester en place, justifiant ainsi le qualificatif "hyperactif" qui lui a été accolé pendant cinq ans. Il n’est pas le seul dans son camp à aimer trottiner, et Europe1.fr vous offre une compilation de ces politiques en short.

Le footing des militants. Avant même de voir leur champion s’installer à l’Elysée et courir dans ses jardins, les militants de l’UMP avaient déjà compris comment séduire le futur président. Le 20 avril 2007, à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle, Yves Jego, député de Seine-et-Marne et membre de l’équipe de campagne, rassemblait ainsi les troupes pour un "footing militant" sous la tour Eiffel "pour se donner toutes les forces pour convaincre, convaincre, convaincre dans ces dernières heures."



Footing militant - 2° étapepar ump

Le footing des jeunes. Pour soutenir des réformes lancées par le gouvernement, on connaissait la pétition ou la manifestation. L’UMP a inventé "le footing de soutien". En 2008, les Jeunes pop’ voulaient "donner une image dynamique, comme celle du président de la République. Nous sommes contre l’immobilisme, donc on court", expliquait alors Pierre Aronoff, délégué national du mouvement. Un acte soutenu en haut lieu puisque que le footing a été lancé par Patrick Devedjian, alors patron de l’UMP et Roger Karoutchi, qui était secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement.



Vidéo footing_0002par UMPFacsTV

Le footing, une passion sarkozyste ? Difficile de faire un choix entre les multitudes de photos de Nicolas Sarkozy basket aux pieds. Lors de chaque déplacement à l’étranger, le président français réussissait en effet à s’aménager une plage de repos… pour suer, quitte à faire un malaise, comme en 2009 dans le parc du Château de Versailles.

RTR3AZ16
060802SDO300

Comme papa, Jean Sarkozy aime lui aussi courir les cheveux au vent. "J’ai essayé de m’y remettre car on m’a fait remarquer que j’avais une tendance à l’embonpoint", expliquait-il en riant en 2009 en marge du campus des Jeunes UMP, à Seignosse. A cette occasion, le fils du président s’était offert une sortie en compagnie de Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’Ecologie. Torse nu et sous le regard des caméras. Ou comment s’assurer de faire parler de soi. La communication, une affaire de famille ?



Vidéo footing_0002par UMPFacsTV

Le footing, une passion ministérielle ? Livrer une part de soi, ouvrir un pan de sa vie privée est un passage obligé pour les politiques ambitieux. "Quand on fait de la politique, il faut accepter de se dévoiler", confirme Valérie Pécresse. Dans cette optique, l’ancienne ministre du Budget a choisi de poser en plein footing pour illustrer un long papier du Point qui lui était consacré. "J’ai choisi cette photo pour montrer que, depuis que j’ai quitté mon ministère, le sport fait à nouveau partie de ma vie. C’est une grande source d’équilibre", a ensuite expliqué l’ancienne ministre au JDD.fr.

Sans-titre-1

Bruno Le Maire a été encore plus loin. L’ancien ministre de l’Agriculture a ainsi posé en Une d’un magazine spécialisé, Running Attitude. "On peut courir quand on veut, n’importe où." Mais pourquoi ? "Pour m’aérer l’esprit, me vider la tête, garder ma sérénité, voire même mon sang froid à tout moment. Être député, c’est stressant", assure-t-il, avant de louer les qualités d’athlète d’un autre ancien ministre : Dominique de Villepin "est très performant, notamment sur marathon (qu’il a couru en 2h57 ndlr), j’ai donc du courir une cinquantaine de fois avec lui et c’est vrai qu’il m’a beaucoup appris."

Quand on demande à Laurent Wauquiez comment il se détend après une journée de travail, l’ancien ministre n’hésite pas : "je pars courir. J’ai l’intention, maintenant que je ne suis plus au gouvernement, de courir à nouveau un marathon et de passer sous la barre des quatre heures. Il y a quelques années, j’ai fait celui de Berlin. J’aimerais recommencer", a-t-il confié à Paris Match.

OCH060802116

Fan de sport automobile, François Fillon est lui aussi un adepte du footing. En septembre 2007, cinq mois après sa prise de fonction en tant que Premier Ministre, il confiait même qu'il avait gagné 2 km/h sur sa vitesse moyenne. Des progrès qui lui ont permis de distancer Nicolas Sarkozy lors du traditionnel footing présidentiel.