Ce qui s'est dit lors du huis clos de l'UMP

  • A
  • A
Ce qui s'est dit lors du huis clos de l'UMP
@ REUTERS
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - Revivez le bureau politique de l'UMP en présence de Nicolas Sarkozy.

# L'ESSENTIEL

-  Devant quelque 800 cadres de l'UMP, Nicolas Sarkozy a pris la parole pour la première fois depuis sa défaite à la présidentielle, le 6 mai 2012.

- Lors de ce bureau politique extraordinaire, Nicolas Sarkozy a tenu un discours très politique.

- Jean-François Copé a remercié les donateurs pour les 2,3 millions d'euros récoltés.

• Une arrivée très rock star. De nombreux fans de Nicolas Sarkozy, militants ou simples sympathisants, ont accueilli l'ancien président comme une rock star, rue de Vaugirard, pour une réunion de l'UMP extraordinaire. L'ancien chef de l'Etat s'est offert un rapide bain de foule avant d'entrer au siège du parti. L'arrivée de Nicolas Sarkozy  a été perturbé par un homme se présentant comme l'un de ses admirateurs. Problème : l'individu s'est approché un peu trop près de l'ancien président et a été écarté sans ménagement par les services de sécurité. A la sortie de la réunion, l'ambiance était plus bon enfant. Nicolas Sarkozy a de nouveau serré quelques mains. "Merci beaucoup" a t-il répété plusieurs fois, alors que les militants scandaient "Nicolas, Nicolas".







• Un discours très politique. Il a eu beau répéter tout au long de son discours que "ce n'était pas le moment", Nicolas Sarkozy a quand même beaucoup parlé de son (probable) retour en politique. "Ce n'est pas le moment de ma rentrée politique, parce que le jour où je voudrai, je vous préviendrai", a affirmé l'ancien président. "Vous pourrez compter sur moi à chaque fois qu'il y en aura besoin. Mais il y a quelque chose d'indécent à parler du rendez-vous de la présidentielle alors que les Français souffrent", a-t-il encore affirmé, alors que l'UMP a récemment adopté le principe d'une primaire en 2016 pour désigner son candidat à la présidentielle de 2017.



• L'art du faux huis clos. Preuve qu'il ne s'adressait pas qu'aux cadres de l'UMP, Nicolas Sarkozy a choisi de réactiver son compte Twitter, lundi, lors de son discours. L'ancien président n'avait pas écrit sur le réseau social depuis sa défaite au soir de la présidentielle, le 6 mai 2012. "Ceci n'est pas ma rentrée politique. Le jour où je reprendrai la parole, ce sera pour parler aux Français de la France", pouvait-on lire sur son compte officiel. "Je continuerai mon chemin avec le souci du recul, de la réflexion, de l'écoute, de la paix dont j'ai besoin après tant d'années d'exposition", a-t-il encore posté sur le réseau social.

 

C'est Copé qui parle financement. A son arrivée au siège du parti, Jean-François Copé s'est félicité des premiers résultats de la "souscription nationale" qu'il a lancée pour rembourser les frais de campagne. "2,3 millions d'euros ont été récoltés", a précisé le président de l'UMP, soit une moyenne de 80 euros par donateur. Un peu plus tard, le député-maire de Meaux a invité les élus à se mettre à jour de cotisation pour renflouer les caisses de l'UMP.