Cazeneuve : "Lorsqu'on est attaché à l'autorité de l'Etat, on est impeccable face aux institutions"

  • A
  • A
Cazeneuve : "Lorsqu'on est attaché à l'autorité de l'Etat, on est impeccable face aux institutions"
Le Premier ministre n'a pas cité nommément le ministre de l'Intérieur. @ JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Partagez sur :

Le Premier ministre assistait mardi à une inauguration à l'Ecole militaire, à laquelle devait initialement participer Bruno Le Roux, ciblé par des révélations sur l'emploi de ses filles à l'Assemblée. 

Bernard Cazeneuve a déclaré mardi que "lorsqu'on est attaché à l'autorité de l'Etat, on est impeccable face aux institutions et aux règles qui les régissent", alors que son ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux est sur la sellette pour avoir employé ses filles adolescentes à l'Assemblée. "Sans quoi l'autorité de l'Etat est abaissée et l'autorité de l'Etat, ça commence par cette exigence et par cette rigueur", a poursuivi le Premier ministre, lors de l'inauguration des nouveaux locaux de l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) à Paris, en l'absence de Bruno Le Roux qui devait initialement y participer.

Une référence à l'affaire Fillon. Il n'a toutefois pas évoqué directement la polémique autour du ministre de l'Intérieur, qu'il n'a pas cité nommément. "Lorsqu'on est attaché à l'autorité de l'Etat, on ne laisse pas à penser que les magistrats lorsqu'ils interviennent, interviennent à partir d'autres considérations que celles du respect du droit. Lorsqu'on est attaché à l'autorité de l'Etat, on ne remet pas en cause l'indépendance de la justice", a aussi lancé le chef du gouvernement, dans une allusion cette fois à François Fillon. Le candidat de la droite à la présidentielle a dénoncé plusieurs fois l'enquête ouverte par la justice sur des soupçons d'emplois fictifs de sa femme et deux de ses enfants.

Convoqué par le chef du gouvernement. Bernard Cazeneuve devait s'entretenir "dans la journée" de mardi avec Bruno Le Roux, au lendemain des révélations de l'émission Quotidien sur TMC. Mais aucune précision n'a filtré sur le lieu et l'heure du rendez-vous.

Selon Quotidien, le locataire de la place Beauvau a employé ses filles, alors qu'elles étaient lycéennes puis étudiantes, en cumulant respectivement 14 et 10 CDD entre 2009 et 2016, pour un montant total de quelque 55.000 euros. Elles n'avaient, lors des premiers contrats, que 15-16 ans.