A Ajaccio, Cazeneuve défend "l'unité de la République"

  • A
  • A
A Ajaccio, Cazeneuve défend "l'unité de la République"
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.@ REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :

CORSE - Le ministre de l'Intérieur, en visite en Corse mercredi, a défendu "l'unité de la République" et la "singularité" de l'île. La sécurité sera également renforcée "dans les tout prochains jours".

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a défendu mercredi "l'unité de la République" et la "riche singularité" de la Corse, lors d'une visite à Ajaccio après les manifestations racistes de la semaine dernière. "L'Etat doit incarner et faire respecter l'unité de la République, tout en prenant en compte la riche singularité de votre île", a-t-il déclaré lors d'un discours à la préfecture de Corse, regrettant que "l'image de la Corse ait pu être ternie" par les récents incidents et souhaitant que l'île reste "une terre de fraternité et de respect".

Sécurité renforcée. Le ministre a également annoncé que la sécurité serait renforcée "dans les tout prochains jours" dans le quartier théâtre des incidents avant de préciser que "des habitants du quartier des Jardins de l'Empereur (...) ont exprimé une demande accrue de sécurité. Cette demande est entendue par l'Etat qui renforcera encore, dans les jours à venir, un plan d'action spécifique au quartier". Plus tôt dans la matinée Bernard Cazeneuve avait expliqué, en arpentant un terrain de sport du quartier où ont eu lieu les violences, qu'"il n'y a en Corse de place, ni pour la violence, ni pour le racisme. Et je suis convaincu que c'est là la volonté de l'ensemble de ceux qui vivent en Corse".

Visite aux pompiers et policiers. Accompagné de plusieurs responsables politiques et administratifs de l'île, notamment le préfet de Corse Christophe Mirmand, le procureur d'Ajaccio Eric Bouillard et le maire de la ville Laurent Marchangeli (LR), Bernard Cazeneuve s'est d'abord rendu à la caserne des pompiers, agressés le soir de Noël. Il est aussi allé à la rencontre des policiers et des gendarmes de la ville.