Catalogne : Édouard Philippe déplore des "images terribles", mais fait "confiance" à Madrid

  • A
  • A
Catalogne : Édouard Philippe déplore des "images terribles",  mais fait "confiance" à Madrid
Le Premier ministre répondait à une question posée à l'Assemblée par Jean-Luc Mélenchon.@ CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :

Le Premier ministre a estimé mardi que seule la reprise du dialogue entre toutes les parties pourrait sortir l'Espagne de la crise, tout en réitérant la confiance de Paris envers Madrid.

Édouard Philippe a déploré mardi les "images terribles" dimanche des violences en marge du référendum interdit sur l'indépendance de la Catalogne mais a répété "faire confiance à Madrid" pour résoudre cette crise. "Les images que nous avons tous vues dimanche sont, je vous rejoins sur ce point, terribles. Évidemment", a déclaré le chef du gouvernement à l'Assemblée nationale, répondant à une demande du député de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon d'organiser une "médiation" entre les acteurs de la crise.

Sortir de la crise "par le dialogue". "On ne sortira de cette situation que par le dialogue, que par l'engagement politique", a ajouté Édouard Philippe, rappelant "l'attitude exemplaire" de la monarchie espagnole lors du coup d'État qui avait secoué l'Espagne en 1981. "Je le dis ici Monsieur le député, parce que je ne veux pas que les choix politiques qui sont parfaitement légitimes déforment la réalité historique d'un de nos voisins, d'un de nos amis, et d'un de nos alliés", a-t-il poursuivi. 



Confiance envers Madrid. "Je fais confiance à Madrid pour, en consultant les forces politiques représentées au Parlement comme s'y est engagé (le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy), renouer ce fil du dialogue sans lequel il ne peut y avoir de solution durable dans l'intérêt de l'unité et du développement de notre amie l'Espagne". Lundi, Emmanuel Macron avait souligné que la France n'avait qu'un "seul interlocuteur en la personne de (Mariano) Rajoy", lui apportant de fait son soutien dans cette crise.