Casseurs : Juppé pour l'interdiction des manifestations en cas de "menace évidente à l'ordre public"

  • A
  • A
Casseurs : Juppé pour l'interdiction des manifestations en cas de "menace évidente à l'ordre public"
Partagez sur :

"Nous sommes en état d'urgence. Le gouvernement a le pouvoir de le faire", a estimé l'ancien Premier ministre mercredi.

Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite pour 2017, s'est prononcé mercredi pour l'interdiction des manifestations "qui constituent une menace évidente à l'ordre public", au lendemain des manifestations contre la loi Travail, avec au moins 29 policiers et 11 manifestants blessés à Paris.

"Des policiers traînés dans la boue par la CGT". "Ces policiers, ils ont été traînés dans la boue par la CGT il n'y a pas si longtemps avec des affiches inacceptables. Aujourd'hui, il faut arrêter cela. Nous sommes en état d'urgence. Quand il y a des manifestations qui constituent une menace évidente à l'ordre public, il faut les interdire. Le gouvernement a le pouvoir de le faire", a déclaré l'ancien Premier ministre mercredi.

"Il est urgent de rétablir l'ordre et l'autorité". Le maire de Bordeaux a souligné "l'exceptionnelle gravité de la situation dans laquelle se trouve notre pays". "Le désordre s'installe en France, l'autorité de l'Etat est bafouée quotidiennement. On a l'impression que le gouvernement perd le contrôle de la situation". "Il est urgent de rétablir l'ordre et l'autorité", a-t-il affirmé, réclamant de nouveau que le gouvernement fasse "le bilan devant le Parlement et devant l'opinion publique" des mesures prises pour lutter contre le terrorisme. "Où en est-on de l'amélioration de nos systèmes de renseignement ? Il y avait des lacunes (...). Où en est-on aujourd'hui ? Deuxièmement on avait annoncé le déploiement de 5.000 policiers et gendarmes supplémentaires sur le terrain, où en est-on, où sont-ils ?".