Cantonales : la campagne sur le web

  • A
  • A
Cantonales : la campagne sur le web
@ Montage photo sites PS, UMP, FN et EELV.
Partagez sur :

La place que les partis y accordent sur leurs sites est à l’image des enjeux qu’ils se sont fixés.

L’enjeu de la campagne pour les cantonales, démarrée le 7 mars dernier, n’est pas uniquement local. Du moins pas pour tous les partis, dont certains tentent de distiller un message national. Quelle est la place accordée au scrutin sur les sites web des différents partis ? Tour d’horizon.

FN : "un enjeu national incontestable"

Sans surprise, le Front national est celui qui en fait le plus sur les cantonales, premier test électoral pour Marine Le Pen en tant que présidente du parti. Le site internet du FN s’ouvre sur une carte de France, listant les 1.500 candidats présentés par le parti. Le FN a d’ailleurs créé une page spéciale pour les cantonales : fn-cantonales.fr. Sur la home, aucun mystère : le parti mise tout sur la personnalité de Marine Le Pen : à côté du slogan « la vague bleu marine », elle apparaît quatre fois, affichant un grand sourire électoral.

Pour le parti frontiste, l’enjeu du scrutin est clair : "les élections cantonales seront aussi fortement politisées. Leur enjeu national est incontestable". Il s’agit d’"un sondage grandeur nature pour Sarkozy".

Le parti, selon Rue 89 qui publie le document en question, distribue même des éléments de langage à ses candidats. Cause invoquée par le FN dans cet argumentaire, les cantonales sont "1.500 campagnes locales accolées qui doivent obligatoirement constituer un ensemble cohérent sur le fond et homogène sur la forme".

Le PS, pour "un bouclier territorial"

Pour le parti socialiste, leader incontesté au niveau local, et parti qui présente le plus de candidats (1.511), les cantonales revêtent un enjeu important. En Une de son site, le parti place un article sur les cantonales, intitulé "Passe le message à ton voisin". But affiché, mobiliser les Français, dont c’est le "dernier moment pour s’exprimer avant 2012".

Le PS fonde son "contrat pour les cantonales" sur une idée principale : les conseillers généraux vont "protéger les Français" "des effets de la crise et de la politique du gouvernement".

Parmi les grands axes développés dans ce programme de 14 pages, l’emploi, érigé en "priorité absolue", et la solidarité : développer le droit au logement, l’accès à la santé pour tous, aider personnes âgées à vieillir dans de bonnes conditions, … Et le PS répond à l’UMP, qui l’accuse souvent d’être dépensier au niveau local, mettant en avant l’ "efficacité budgétaire et fiscale des départements".

EELV, le nucléaire en ligne de mire

Europe Ecologie – Les Verts présente 1.400 candidats, un record pour les écologistes. Le parti, qui ne prend pas les cantonales à la légère, a mis en place un dispositif de campagne interactif : plus de 400 candidats ont leur blog.

Et le site d’EELV a aussi créé, comme le FN, sa page cantonales : eelv-cantonales.fr. Très interactive, la page suit en direct le compte Twitter du parti, et propose une carte des blogs des candidats.

Les deux grands axes de la campagne, mis en avant en ligne, sont "la crise écologique", bien sûr, et la "solidarité". EELV, en accord avec l’actualité japonaise, met en évidence également sa volonté de "sortir du nucléaire".

Le Parti de gauche appelle "aux urnes"

Le Parti de gauche, qui place les cantonales en home de son site, voit dans la faible médiatisation de ce scrutin une stratégie de l’UMP : "rarement un gouvernement n’aura cherché à camoufler autant un scrutin de portée nationale", proclame le parti.

Principal message donné à distiller aux 1.660 candidats du parti, "votons Front de gauche pour qu’ils dégagent". Avec plusieurs thèmes mis en avant : entre autres, l’opposition à la réforme territoriale, la défense des services publics, et également la "sortie du nucléaire".

Le NPA, mobiliser pour "les dernières cantonales"

Le Nouveau parti anticapitaliste place les cantonales en bandeau de Une de son site, insistant sur le fait que ce scrutin est le dernier du genre avant la réforme territoriale. Avec un texte très pédagogique, qui détaille le fonctionnement du scrutin.

Et juste au-dessous, on peut cliquer sur les "arguments" du NPA, qui développe trois thèmes de campagne principaux : les retraites, l'emploi et l'écologie.

L’UMP, 2012 déjà en vue

Le parti présidentiel, à deux jours du scrutin, s'ouvre sur une référence aux cantonales en Une de son site.

L'UMP incite avant tout à aller voter : "notre premier combat à l'UMP est celui de la participation pour permettre à nos candidats de défendre les valeurs de notre famille"

Pour ce qui est des grands enjeux nationaux, l'UMP propose avant tout de poursuivre les réformes du gouvernement. Tout en fustigeant l'opposition, qui tient la majorité des conseils généraux. Pas de grandes orientations sur le site, mais simplement une incitation à aller voter. Peu étonnant de la part de l’UMP, qui ne cesse de minimiser les enjeux du scrutin.

Le MoDem, comme si de rien n’était

Enfin, le parti de François Bayrou ne fait aucune référence sur son site aux cantonales, mis à part un discret encart en colonne de droite, avec des liens vers les blogs des candidats. Ces derniers ne manquent pas de rappeler les grandes orientations du parti extrêmement centriste : "notre projet ne va ni à droite, ni à gauche mais va de l’avant, pour vivre et travailler ensemble", affirme Philippe Fintoni, candidat en Loire-Atlantique.