C'est officiel, Cahuzac n'est plus député

  • A
  • A
C'est officiel, Cahuzac n'est plus député
@ REUTERS
Partagez sur :

Comme il l'avait annoncé mardi, l'ex-ministre a remis sa démission au président de l'Assemblée.

L'INFO. Ex-ministre et désormais ex-député. Jérôme Cahuzac a fait un pas en arrière dans sa carrière politique en présentant officiellement jeudi sa démission au président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, moins d'un mois après avoir quitté son poste de ministre délégué au Budget.

"Je vous présente ma démission". Jérôme Cahuzac s'y était engagé mardi soir, lors d'un entretien sur BFM TV-RMC : il ne retournera pas à l'Assemblée nationale. Claude Bartolone a reçu jeudi la lettre de démission de l'ancien ministre. "Monsieur le président, je vous présente ma démission. Veuillez croire, Monsieur le président, à ma haute considération", y écrit, de manière lapidaire, le désormais ancien député de la 3e circonscription du Lot-et-Garonne.

>> Lire aussi : Cahuzac abandonne son siège de député

Un départ inéluctable. Jérôme Cahuzac aurait-il pu décemment revenir au Palais Bourbon après l'affaire de son compte dissimulé en Suisse ? "Je dis franchement que pour l'honneur de la République, et son honneur à lui s'il en a, que ça serait d'une indécence terrible", avait prévenu dès le vendredi 12 avril Jean-Marc Ayrault. Le président de la République n'a pas dit autre chose : "Comment revenir au Parlement, là où un mensonge a été prononcé ?" C'est en effet devant les députés qu'il avait affirmé, le 5 décembre, n'avoir jamais possédé un compte à l'étranger.

>> Lire aussi : Cahuzac se défend à l'Assemblée

Une élection partielle à venir. Le député démissionnaire, la 3e circonscription du Lot-et-Garonne va donc devoir se retrouver un nouvel élu. D'ici là, et comme il l'a fait depuis la nomination de Cahuzac à Bercy, Jean-Claude Gouget, son suppléant, assure l'intérim. Mais pour garder le siège, le socialiste devra se faire élire lors de cette élection partielle qui ne sera pas sans risque pour le parti majoritaire. Déjà six prétendants sont déclarés du centre à l'extrême-droite, tandis qu'on discute à gauche - PS, Front de gauche et EELV - pour avancer un candidat unique. Elu député pour la première fois en 1997, Jérôme Cahuzac, avait perdu son siège en 2002 avant de le regagner en 2007. Le successeur de l'ancien maire de Villeneuve-sur-Lot (2001 à 2008) devra être connu sous trois mois.