Budget : Des députés PS exhortent leurs collèges LREM à "corriger le déséquilibre"

  • A
  • A
Budget : Des députés PS exhortent leurs collèges LREM à "corriger le déséquilibre"
Le président des députés PS, Olivier Faure, à l'Assemblée nationale. @ AFP
Partagez sur :

Les députés socialistes ont envoyé mardi matin une lettre à leurs collègues LREM pour les inviter à prendre leurs distances avec le projet de loi de Finances examiné à l'Assemblée.

Les députés LREM, "à un tournant", ont "la possibilité de corriger le déséquilibre" d'un budget de "cadeaux" aux plus riches et "en trompe-l'oeil" pour le pouvoir d'achat, plaident des députés PS, dont leur président Olivier Faure, dans une lettre ouverte publiée mardi.

"Armure fiscale." "Nous savons que pour nombre d'entre vous, le déséquilibre de ce budget est une surprise qui entre en contradiction flagrante avec vos engagements passés. Nombre d'entre vous, qui avez combattu avec vigueur le 'bouclier fiscal' de Nicolas Sarkozy, ne pouvez assumer d'être les auteurs d'une véritable 'armure fiscale'", écrivent-ils aux "marcheurs" dans ce courrier de trois pages.

"Symbole insupportable." "Votre majorité est à un tournant. Avec la discussion budgétaire qui arrive, vous avez la possibilité de corriger les déséquilibres de ce PLF en supprimant les cadeaux fiscaux accordés aux plus riches pour soutenir réellement l'investissement et le pouvoir d'achat des Français", ajoutent le président du groupe Nouvelle Gauche et les députés NG de la commission des Finances, dont Valérie Rabault. Et "ce premier budget (...) conditionne pour une large part la suite du quinquennat, ampute ses marges de manoeuvres et donne une clé de lecture sur la nature de la politique suivie", préviennent-ils leurs "collègues" LREM, au nombre desquels d'anciens PS, PRG ou écologistes.

Affirmant que "les économies que souhaite réaliser le gouvernement servent prioritairement à compenser les baisses d'impôts pour les plus riches, et ce dès 2018", les auteurs de la lettre ouverte critiquent notamment la moindre taxation du capital et la réforme de l'ISF, "au-delà du symbole insupportable que constitue l'exonération des voitures et chevaux de course, des yachts ou des jets". "Pour masquer l'effet 'président des riches', le gouvernement annonce une hausse du pouvoir d'achat des Français qui n'est qu'un trompe-l'oeil", avec des "coups de pouce" généralement "limités, étalés sur tout le quinquennat et (qui) ne bénéficieront pas à tous", selon ces socialistes.