"Brexit": pour Hollande "il n'est pas acceptable de revenir sur ce qui fonde l'UE"

  • A
  • A
"Brexit": pour Hollande "il n'est pas acceptable de revenir sur ce qui fonde l'UE"
François Hollande a prévenu qu'il ne serait "pas acceptable de revoir ce qui fonde les engagements européens".@ AFP
Partagez sur :

François Hollande a prévenu qu'il ne serait "pas acceptable de revoir ce qui fonde les engagements européens" en évoquant les demandes de David Cameron.

Quelle suite donnera l'Union Européenne aux exigences de David Cameron ? François Hollande a en tout cas prévenu jeudi après-midi, qu'il ne serait "pas acceptable de revoir ce qui fonde les engagements européens" en faisant référence à certaines demandes du Premier ministre britannique. David Cameron veut modifier les relations entre la Grande-Bretagne et l'UE avant de soumettre à référendum, d'ici la fin 2017 au plus tard, la question du maintien ou non du Royaume-Uni dans l'ensemble communautaire.

Donald Tusk, le président du Conseil européen, avait affirmé plus tôt jeudi, que certains aspects des exigences britanniques "semblent inacceptables".

Une première discussion entre les 28. Les revendications de la Grande-Bretagne sont l'un des sujets majeurs du sommet européen réuni jeudi et vendredi à Bruxelles, qui doit également aborder les questions migratoires. Les exigences britanniques seront au menu d'un dîner de travail jeudi soir entre les dirigeants des 28 qui en débattront pour la première fois ensemble.

Compétitivité et souveraineté. Parmi les réformes réclamées par David Cameron, la plus problématique concerne l'immigration des ressortissants européens : Londres voudrait pouvoir les priver d'allocations sociales pendant leurs quatre premières années au Royaume-Uni. Les autres exigences britanniques portent sur la zone euro, ainsi que les questions de compétitivité et de souveraineté.