Bisbilles à l’UMP Hauts-de-Seine

  • A
  • A
Bisbilles à l’UMP Hauts-de-Seine
Les deux "Patrick" des Hauts-de-Seine font monter la polémique.@ Montage photos Reuters
Partagez sur :

Patrick Devedjian et Patrick Balkany ont échangé des tirs croisés par médias interposés.

Le département des Hauts-de-Seine, fief du clan Sarkozy, est en ébullition. Premier épisode jeudi lorsque la vice-présidente du conseil général, Isabelle Balkany, a laissé entendre qu’elle pourrait briguer la tête du 92, donc la place de Patrick Devedjian, lors des prochaines cantonales. Une déclaration intervenue lors d’une réunion publique à Levallois-Perret, où Patrick Devedjian était absent. Pourtant, le gratin de l’UMP local et même national étaient là, comme Jean Sarkozy, Valérie Pécresse, ou encore Roger Karoutchi.

Vendredi, Patrick Devedjian a donc répliqué en bonne et due, lançant lors du talk Orange / Le Figaro que Levallois-Perret, dont Patrick Balkany est maire, était l’une des villes "les plus endettées de France". "Je crois que l’on a changé d’époque, l’époque où l’argent coulait à flot, l’époque justement où le conseil général finançait tous azimuts, à guichets ouverts, sans même souvent s’interroger pour savoir si c’était bien son champ de compétence", a-t-il pointé.

"Devedjian dit des conneries"

Face à de telles attaques, Patrick Balkany pouvait difficilement faire la sourde oreille. Même s’il a expliqué samedi au JDD.fr que les propos de Patrick Devedjian n’avaient "aucun intérêt", et qu’il n’avait "pas envie de polémiquer avec l'homme du passé", le député-maire UMP de Levallois-Perret y est aussi allé de sa petite phrase. "Sur le fond, Patrick Devedjian dit des conneries. Il suffit de voir comment la ville de Levallois a été modernisée depuis que nous l'avons prise aux communistes", a-t-il affirmé.

Prochain épisode de la polémique peut-être dimanche, car Patrick Devedjian est invité sur Canal +. Le président UMP du Conseil général, désavoué par le clan Sarkozy, pourrait bien dispenser une autre saillie.