Bientôt de nouvelles défections chez les Verts

  • A
  • A
Bientôt de nouvelles défections chez les Verts
Jean-Vincent Placé et François de Rugy.@ JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Partagez sur :

Barbara Pompili, Denis Baupin et d'autres députés s'apprêteraient à rejoindre les dissidents François de Rugy et Jean-Vincent Placé.

INFO EUROPE 1

Fin août, les Verts se déchiraient. Le député François de Rugy et le sénateur Jean-Vincent Placé, favorables à un retour des écologistes au gouvernement, claquaient la porte du parti. Depuis, les deux élus cherchent à fédérer des troupes au sein d'une nouvelle formation, l'Union des démocrates et écologistes (UDE). Selon les informations d'Europe 1, plusieurs ralliements se préparent en coulisses.

Plusieurs députés vont franchir le pas. Ainsi, Barbara Pompili, qui copréside avec François de Rugy le groupe écologiste à l'Assemblée nationale, devrait rejoindre les deux sécessionnistes. Elle attendait pour franchir le pas que son compagnon Christophe Porquier, vice-président de la région Picardie, quitte Europe Ecologie-Les Verts. C'est chose faite depuis lundi. Le député Denis Baupin, lui, attendra la fin des élections régionales de décembre. Pour lui aussi, le dilemme politique se double d'une question familiale, puisqu'il est le mari d'Emmanuelle Cosse, la patronne d'EELV. D'autres élus de l'Hémicycle, Christophe Cavard, Eric Alauzet et Véronique Massonneau, sont eux aussi en négociations avec François de Rugy et Jean-Vincent Placé.

Rendez-vous le 17 octobre. Les ralliements se multiplient, mais il est encore trop tôt pour comptabiliser les forces de l'UDE. Le lancement officiel de la formation est prévu pour le 17 octobre prochain. D'ici là, l'UDE devrait compter sept à huit parlementaires et environ 800 adhérents. Mais les patrons du mouvement comptent bien accélérer après les régionales. Pour la fin de l'année, ils espèrent une douzaine de parlementaires et près de 2.000 adhérents.

Des alliances avec le PS aux régionales. Les écologistes dissidents ne comptent pas pour autant enjamber le scrutin de décembre. L'UDE présentera des candidats dans toutes les régions. L'ambition affichée est d'obtenir entre 30 et 50 conseillers régionaux à l'issue du second tour. Un objectif jugé réalisable grâce à la magie des alliances. Les candidats UDE s'associeront en effet aux listes socialistes, sur lesquelles ils ont obtenu des positions éligibles. De quoi permettre au PS, en manque d'alliés pour les régionales, de se sentir un peu moins seul. Et d'afficher malgré tout une nouvelle union "rose-verte".