Bettencourt : appels à la clarification

  • A
  • A
Bettencourt : appels à la clarification
@ REUTERS
Partagez sur :

François Bayrou et François Hollande demandent que les Français soient informés sur ce dossier.

Alors que Nicolas Sarkozy a affirmé son soutien à Eric Woerth, François Hollande demande des comptes. L'ex numéro un du PS a demandé samedi à Eric Woerth de dire "s'il avait ou non engagé une procédure de contrôle fiscal contre Liliane Bettencourt" et de donner "toutes les informations aux Français" sur cette affaire dans "un souci de transparence".

Un souci de transparence

"Ce n'est pas une chasse à l'homme, ni une démarche tentant à faire je ne sais quel procès à Eric Woerth, mais de fournir toutes les informations aux Français sur cette affaire dans un souci de transparence", a déclaré François Hollande.

Pour lui, "ce qui est en cause, dès lors que la justice a saisi l'administration fiscale de cas de fraude, c'est si Eric Woerth a ou n'a pas engagé de procédure de contrôle fiscal visant Mme Bettencourt".

Un gouvernement fragilisé

Outre François Hollande, François Bayrou a également réagi à l’affaire Bettencourt samedi. Le président du Mouvement démocrate (MoDem) a, quant à lui, constaté "la fragilisation" du gouvernement et de son ministre du Travail. "Je pense que sa situation (Eric Woerth, ndlr) est rendue beaucoup plus compliquée par ce qui se passe", a expliqué le leader démocrate lors d'un point presse à l'Assemblée nationale.

"Je pense que c'est très difficile de conduire un dossier comme celui des retraites tout en étant l'objet de révélations tous les jours", a-t-il ajouté, expliquant qu'à ses yeux "l'ensemble du gouvernement" était également fragilisé. "Je ne participe pas aux demandes de démission. La composition de l'équipe gouvernementale est de la responsabilité du chef de l'Etat, a-t-il expliqué "Mais les Français voient bien qu'il y a un souci. Il y a une fragilisation du gouvernement et de tous ceux qui, en son nom, conduisent un certain nombre de réformes".

Vendredi, le procureur de la République de Nanterre, Philippe Courroye, a indiqué avoir transmis à l'administration fiscale en janvier 2009 le dossier de François-Marie Banier, ce qu'a confirmé Eric Woerth, qui était jusqu'en mars 2010 en charge du Budget. Ami de Liliane Bettencourt, l'une des plus grandes fortunes de France, François-Marie Banier qui est soupçonné d'"abus de faiblesse" sur celle-ci doit comparaître le 1er juillet devant la justice.