Besancenot très entouré au tribunal

  • A
  • A
Besancenot très entouré au tribunal
@ MAXPPP
Partagez sur :

Hulot, Hamon et Laguiller font le déplacement, lundi à Nanterre, pour soutenir le postier du 92.

Du PS à Europe Ecologie, Olivier Besancenot peut se targuer de soutiens politiques de taille pour sa comparution, lundi, devant le tribunal correctionnel de Nanterre, transformé pour l’occasion en "hot spot" politique.

Alors que 16 postiers, dont le leader du NPA, sont jugés pour "séquestration" et "entrave à la liberté du travail" après l'occupation de bureaux de La Poste le 10 mai 2010, sont attendus cet après-midi : Nicolas Hulot (Europe Ecologie), Benoît Hamon (PS), Pierre Laurent (PC) et Arlette Laguiller (FO). "Et si Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) veut venir faire un tour, il est le bienvenu", a lancé, lundi matin sur Europe 1, Olivier Besancenot.

Ces 16 postiers, dont le procès s'est ouvert lundi matin, sont accusés par 13 autres employés de La Poste, majoritairement des cadres travaillant à la gestion des ressources humaines, de les avoir retenus pendant plus de deux heures lors du conflit contre le projet "Facteurs d'avenir".

"Sereins" et "en colère"

"Nous sommes sereins. Nous n’avons rien à nous reprocher", a insisté Olivier Besancenot, sur Europe 1. "Et puis en même temps, nous sommes en colère parce que l’on a rien à faire sur les bancs d’un tribunal. Une nouvelle fois, ce n'est pas de licencieurs, des tueurs d'emploi ou des patrons voyous qu'on va retrouver sur ces bancs, ce sont des travailleurs dont le seul crime est de ne pas courber l'échine", a-t-il martelé.

Ces 16 postiers risquent au maximum cinq ans de prison ferme. Une peine "disproportionnée", pour Olivier Besancenot qui dénonce : "La direction de La Poste du 92 veut faire un exemple".

Le 10 mai 2010, une quarantaine de salariés grévistes du groupe postal, dont certains étaient en grève depuis le 26 avril, avaient occupé pendant plusieurs heures les locaux de la direction départementale de l'entreprise à Nanterre, exigeant de rencontrer le patron départemental, Jean-Claude Sénat.

Des cadres qui se disent "particulièrement traumatisés"

Dans l'attente d'une rencontre, les salariés, dont des représentants des syndicats SUD-PTT 92 ou CGT-PTT 92, en pointe dans le mouvement, s'étaient réunis dans le hall donnant accès aux bureaux de la direction, coinçant alors les cadres dans les escaliers entre deux étages.

Dans leur citation directe, les plaignants affirment avoir été "invectivés, provoqués, photographiés et filmés", n'ayant droit qu'à "un peu de nourriture et à de l'eau".

Ils se disent "particulièrement traumatisés par un tel traitement, envahis dans leur lieu de travail et pris en otage durant deux heures et demie au motif de la volonté des grévistes d'exercer une pression sur la direction à l'occasion d'une négociation".

"Ils se sont auto-séquestrés. Ils n'ont pas utilisé leur badge pour prendre une autre sortie. Nous n'avons séquestré personne", rétorque Gaël Quirante, représentant départemental du syndicat SUD.

En raison du grand nombre de prévenus et de témoins (plus d'une quinzaine) que les parties comptent faire citer, la 17e chambre du tribunal a fixé le procès sur quatre jours, les 20, 21, 22 et 27 juin. Les 16 prévenus encourent une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.